Turquie-Erdogan critique un diplomate au procès de journalistes

le
0
    ISTANBUL/ANKARA, 28 mars (Reuters) - Le président turc Recep 
Tayyip Erdogan a mis en garde le consul général de 
Grande-Bretagne en Turquie après que ce dernier a publié un 
"selfie" pris avant le début du procès de deux journalistes 
d'opposition accusés d'espionnage. 
    Erdogan avait déjà fait part de son mécontentement lorsque 
plusieurs diplomates occidentaux s'étaient présentés vendredi 
pour assister à la première audience et exprimer leur soutien à 
Can Dundar, rédacteur en chef du Cumhuriyet, et Erdem Gul, chef 
du bureau d'Ankara du journal. 
    Les deux journalistes sont accusés d'avoir tenté de 
renverser le gouvernement en publiant une vidéo montrant, selon 
eux, une unité des services de renseignement turcs acheminant 
des armes par camions vers la Syrie en 2014. 
    Les deux journalistes risquent la réclusion à perpétuité 
dans une affaire qui a provoqué des condamnations de la 
communauté internationale et suscité des craintes sur le respect 
de la liberté de la presse en Turquie. 
    "Le consul général d'un certain pays s'est présenté au 
procès des journalistes accusés d'espionnage pour les soutenir. 
Pire, il a pris une photo joue contre joue (avec un journaliste) 
et l'a publiée", a déclaré Erdogan, cité par l'agence 
anatolienne de presse, lors d'un discours devant l'académie 
militaire turque. 
    "Et il ne s'est pas arrêté à ça, sur un réseau social, il a 
dit quelque chose comme 'la Turquie doit savoir quel pays elle a 
envie d'être', des mots qui dépassent leur sens premier", a-t-il 
poursuivi. 
    Le consul général de Grande-Bretagne, Leigh Turner, a publié 
vendredi sur Twitter cette photo de lui-même et de Can Dundar 
avant le début de la première audience du procès. 
    Interrogé sur les déclarations d'Erdogan, un porte-parole du 
Foreign Office à Londres a répondu que des diplomates 
assistaient régulièrement à des procès dans le monde en 
respectant les conventions internationales. 
    "Il s'agit d'une affaire importante pour la liberté 
d'expression en Turquie et avec nos partenaires européens nous 
allons continuer à suivre son évolution", a dit le porte-parole. 
    Erdogan, qui affirme que le reportage du Cumhuriyet faisait 
partie d'une tentative d'affaiblissement de la position de la 
Turquie sur la scène internationale, a promis que Can Dundar 
"paierait un prix élevé". 
     
 
 (Can Sezer et Gulsen Solaker; Pierre Sérisier pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant