Turquie: enquête sur une fuite gigantesque de données personnelles

le
0
Turquie: enquête sur une fuite gigantesque de données personnelles
Turquie: enquête sur une fuite gigantesque de données personnelles

Les autorités turques enquêtent sur une gigantesque fuite des données personnelles de 50 millions de Turcs, une affaire prise "très au sérieux" par Ankara, qui révèle les failles dans la sécurité des réseaux informatiques du pays.La base de données, qui n'a pas été authentifiée, a été mise en ligne par des pirates informatiques en début de semaine. Ses informations contiendraient entre autres le numéro d'identification national, le sexe, les noms des parents, la date et le lieu de naissance, ainsi que l'adresse des personnes concernées.Le parquet d'Ankara a ouvert une information judiciaire mercredi pour déterminer les circonstances de cette fuite, qui expose près de deux tiers des 78 millions de Turcs à toute une série de fraudes, selon l'agence de presse progouvernementale Anatolie.Des responsables turcs ont confirmé la fuite, datant les données divulguées de 2010.Cité par le quotidien Hürriyet, le ministre des Transports et des Communications Binali Yildirim a affirmé qu'il s'agissait d'"informations personnelles qui ont été obtenues en 2010 et qui sont aujourd'hui présentées comme des informations obtenues (à partir) du MERNIS", l'Office turc de la population.Selon lui, ces informations correspondent à celles que le Haut-conseil électoral (YSK) a l'obligation de communiquer aux partis politiques avant chaque élection depuis 2009.M. Yildirim a accusé la "structure parallèle", nom donné par les autorités au réseau du prédicateur Fethullah Gülen, ancien allié devenu ennemi juré du président Recep Tayyip Erdogan, d'être derrière cette "opération", sans autre détail.- "C'est un piège" -Son collègue de la Justice, Bekir Bozdag, a lui aussi suggéré que la fuite pouvait venir du YSK et pointé du doigt son caractère politique."Cinquante millions (de personnes), cela correspond au nombre d'électeurs en Turquie", a noté M. Bozdag.Une déclaration anonyme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant