Turquie/Ecoutes-Coups de filet contre les partisans de Gülen

le
0

ISTANBUL, 20 janvier (Reuters) - La police turque a mené mardi matin des coups de filet visant plusieurs dizaines de personnes soupçonnées d'avoir joué un rôle dans une affaire d'écoutes illicites, ont rapporté plusieurs chaînes de télévision dont CNN Türk. Ces opérations, menées dans quatre provinces dont Ankara, ont visé la "structure parallèle" - formule utilisée par le président Recep Tayyip Erdogan pour désigner les partisans du dignitaire musulman en exil Fethullah Gülen dans l'appareil judiciaire, la police et les autres institutions, indiquent ces chaînes. Des mandats d'arrêt avaient été lancés à l'encontre de 28 personnes travaillant au sein de TIB, l'autorité turque des télécommunications, ainsi qu'au sein de Tubitak, le conseil de recherche scientifique et technologique de la Turquie, ont rapporté plusieurs médias turcs. L'enquête pour corruption qui a visé le cercle rapproché de Recep Tayyip Erdogan à la fin 2013 s'appuyait sur l'écoute de conversations téléphoniques, dont bon nombre ont "fuité" sur le réseau internet. Le gouvernement assure que Fetullah Gülen et sa confrérie sont à l'origine de cette enquête et l'ont lancée pour renverser le pouvoir islamo-conservateur de l'AKP. Un tribunal turc a émis en décembre un mandat d'arrêt contre Gülen, qui vit en exil aux Etats-Unis depuis 1999. Erdogan a répliqué à l'enquête pour corruption en procédant à une purge au sein de l'appareil d'Etat, faisant muter plusieurs milliers de policiers et des centaines de juges et procureurs considérés comme proches du prédicateur en exil. Le ministère de l'Intérieur a remplacé les chefs de la police de 21 provinces, lit-on dans l'édition de mardi du Journal officiel, qui ne donne pas la raison de ces mesures. (Daren Butler; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant