Turquie : des milliers de militaires, policiers et juges arrêtés ou limogés

le , mis à jour à 17:30
0
Turquie : des milliers de militaires, policiers et juges arrêtés ou limogés
Turquie : des milliers de militaires, policiers et juges arrêtés ou limogés

«Le ménage continu» avait lancé le ministre turc de la Justice, Bekir Bozdag, dimanche matin. Ce lundi, 9000 fonctionnaires du ministère de l'Intérieur turc, ont été limogés après la tentative de coup d'Etat manquée selon l'agence de presse pro-gouvernementale Anadolu. Près de 4500 policiers et 614 gendarmes figurent parmi les fonctionnaires écartés.

 

Dans l'armée la purge continue également. 103 généraux et amiraux turcs ont été placés en garde à vue. Ils sont soupçonnés d'avoir pris part au putsch raté qui a fait 290 victimes dont 100 putschistes. L'élimination du «virus factieux» promis par le président turc Recep Tayyip Erdogan a aussi donné lieu à une descente des unités de la police antiterroriste à la prestigieuse académie de l'armée de l'air d'Istanbul. A ce jour, 6000 militaires ont été placés en garde à vue.

 

Les arrestations concernent également la justice. 3000 mandats d'arrêt ont été délivrés à l'encontre de juges et de procureurs soupçonné d'être proches du prédicateur Fethullah Gülen, un ex-allié du président Erdogan qui l'accuse d'être l'instigateur du putsch. 

 

Un possible retour de la peine de mort

 

Dimanche soir, le président avait évoqué un possible rétablissement de la peine capitale en Turquie. «En tant que gouvernement et en tant qu'Etat, nous connaissons et entendons cette demande qui est la vôtre. Nous ne pouvons pas ignorer votre demande», a répondu le chef de l'Etat à des sympathisants qui réclamaient l'exécution des putschistes.

 

Le Premier ministre turc Binali Yildirim a expliqué lundi qu'un éventuel rétablissement de la peine capitale nécessitait un débat au Parlement. «C'est un sujet qui doit être pensé en détail, débattu au Parlement, qui nécessite un changement de la Constitution», a déclaré le chef du gouvernement turc, ajoutant qu'«il n'est pas bon de prendre une décision avec précipitation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant