Turquie-Davutoglu va renoncer à former un gouvernement

le
0

ANKARA, 18 août (Reuters) - Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, va signifier ce mardi au président Recep Tayyip Erdogan qu'il renonce a former un nouveau gouvernement, après l'échec des discussions menées avec l'opposition, a-t-on appris de source proche de son parti. Si aucun accord de coalition n'est conclu avant le 23 août, la Constitution autorise le chef de l'Etat à dissoudre le gouvernement sortant, chargé d'expédier les affaire courantes, et à demander la formation d'une nouvelle équipe pluraliste pour assurer l'intérim jusqu'à la tenue de nouvelles élections à l'automne. Dans le cadre d'un tel arrangement, les postes ministériels reviendraient théoriquement à quatre partis ayant de profondes divergences idéologiques, ce qui paralyserait probablement l'exécutif et aggraverait la crise politique qui a d'ores et déjà provoqué une baisse record de la livre turque. Le Parti de la justice et du développement (AKP) a perdu la majorité absolue dont il disposait au parlement lors des législatives du 7 juin. Pour la première fois depuis 2002, le mouvement ne peut plus gouverner seul. Ahmet Davutoglu a annoncé lundi l'échec des discussions entamées avec Parti d'action nationaliste (MHP). ID:nL5N10S2YR "Après les discussions d'hier, le parti n'a plus les moyens de former une coalition. Davutoglu va donc remettre ce soir le mandat au président", a déclaré à Reuters un membre de l'AKP ayant requis l'anonymat. L'échec électoral du parti islamo-conservateur s'explique principalement par la percée du Parti démocratique des peuples (HDP), formation historiquement prokurde mais dont l'ouverture à d'autres minorités lui a permis de franchir pour la première fois le seuil des 10% nécessaire pour être représenté au Parlement. (Orhan Coskun, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant