Turquie: confusion autour de l'auteur de l'attentat de Gaziantep

le
0
Turquie: confusion autour de l'auteur de l'attentat de Gaziantep
Turquie: confusion autour de l'auteur de l'attentat de Gaziantep

Qui sont le ou les auteurs de l'attentat de Gaziantep qui a fait 54 morts samedi ? La question reste entière après que le Premier ministre turc a affirmé «totalement ignorer» leur identité, une déclaration qui contredit celle du président Erdogan qui avait évoqué la responsabilité d'un adolescent de 12 à 14 ans «probablement» issu du groupe Etat islamique (EI).

 

«Nous ignorons totalement qui sont les auteurs de cet attentat. Les informations au sujet des auteurs de cet attentat, du nom de leur organisation, sont malheureusement inexactes», a déclaré Binali Yildirim.

 

L'attentat a tué au moins 54 personnes, dont beaucoup d'enfants, lors d'une grande fête de mariage kurde. Binali Yildirim a rejeté les «rumeurs» selon lesquelles l'attentat aurait pu être perpétré par un enfant et a insisté sur le fait que les agences de sécurité cherchaient toujours à déterminer les auteurs de cette attaque, la plus meurtrière en Turquie depuis le début de l'année. «Nous découvrirons les auteurs de cette attaque, cela ne fait aucun doute», a-t-il ajouté.

 

Deux complices activement recherchés

 

Lundi soir, 66 personnes étaient toujours hospitalisées à Gaziantep, dont 14 dans un état grave, selon l'agence Dogan. Le quotidien Hurriyet a indiqué que des tests ADN était en cours pour déterminer l'identité du kamikaze, sa nationalité et son sexe. Les forces de sécurité turques pensent que l'attaque a été menée par les jihadistes en représailles aux offensives des milices kurdes et de l'opposition syrienne soutenue par Ankara contre l'EI, en cours en Syrie.

 

Les autorités recherchaient aussi activement deux personnes qui auraient accompagné le jeune kamikaze sur les lieux du mariage avant de s'enfuir. Les jeunes mariés - un couple qui avait fui les combats de la région de Siirt pour venir à Gaziantep dans l'espoir d'y trouver la paix - ont survécu mais sont traumatisés. Une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant