Turquie : Bruxelles et Washington dénoncent le coup de filet dans la presse

le
1
Turquie : Bruxelles et Washington dénoncent le coup de filet dans la presse
Turquie : Bruxelles et Washington dénoncent le coup de filet dans la presse

La police antiterroriste a mené ce dimanche des opérations dans treize villes de Turquie, dont Istanbul, visant les partisans du prédicateur islamiste Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, grand rival du président turc Recep Tayyip Erdogan. Le chef de l'Etat l'accuse d'avoir orchestré l'an dernier le lancement d'une enquête pour corruption contre des membres de son cercle le plus proche.  Au moins 27 personnes ont été arrêtées dimanche, selon les médias locaux, dont le rédacteur en chef de l'un des principaux quotidiens du pays, «Zaman».

La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini et Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, ont également estimé dans leur communiqué que «cette opération allait à l'encontre des valeurs et des standards de l'Europe que la Turquie aspire à rejoindre et qui sont au c½ur de relations renforcées». Les deux hauts responsables européens, qui s'étaient rendus en Turquie début décembre, appelant au respect de «la présomption d'innocence» et à «une enquête transparente et indépendante» respectant «les droits des accusés». 

Les Etats-Unis ont exhorté dimanche la Turquie, leur alliée au sein de l'Otan, à respecter la liberté de la presse, l'indépendance de la justice et ses «fondations démocratiques». Comme lors de presque toutes les précédentes interventions de ce genre - dont la plupart visaient des policiers - tous les détails des opérations avaient été publiées sur Twitter par un mystérieux utilisateur avant leur lancement.

Des mandats d'arrêt contre 31 personnes

Le rédacteur en chef de «Zaman», Ekrem Dumanli a été interpellé en début d'après-midi lors d'une nouvelle descente au siège du journal, situé à la périphérie d'Istanbul. Dans la matinée, la police turque était déjà intervenue sans pouvoir procéder à des arrestations en raison d'un rassemblement important ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le lundi 15 déc 2014 à 00:42

    Quand on sait que la CIA achète les journalistes dans le monde entier grâce à la planche à billets (y compris en France), on est enclin à de l'indulgence pour ce qui est peut-être juste de la légitime défense.