Turquie: après Youtube et Facebook, Twitter nouvelle cible d'Erdogan

le
0
Turquie: après Youtube et Facebook, Twitter nouvelle cible d'Erdogan
Turquie: après Youtube et Facebook, Twitter nouvelle cible d'Erdogan

Après YouTube et Facebook au début de mois, c'est à une autre plateforme internet, Twitter, que le Premier ministre turc s'en est pris jeudi, menaçant de supprimer purement et simplement le réseau social. «Nous allons supprimer Twitter. Je me moque de ce que pourra dire la communauté internationale», a lancé Recep Tayyip Erdogan, lors d'un rassemblement électoral, à dix jours du scrutin municipal.

«Ils verront alors la force de la Turquie», a-t-il ajouté. «Cela n'a rien à voir avec les libertés», a prévenu le chef du gouvernement. «La liberté n'autorise pas l'intrusion dans la vie privée de qui que ce soit ou l'espionnage des secrets d'Etat sur la scène internationale par ces moyens» (réseaux), a-t-il poursuivi, balayant les accusation de «cybercensure».

Des menaces non-mises à exécution

Le Premier ministre faisait allusion au scandale de corruption qui éclabousse une dizaine de ses proches et qui a rassemblé, il y a quelques jours, des milliers de personnes dans les rues à Istanbul et Ankara. Depuis trois semaines, Erdogan est mis en cause personnellement dans des vidéos, ce qu'il attribue à un complot «ourdi» par la très puissante confrérie du prédicateur musulman Fethullah Gülen.

Début mars,  le chef du gouvernement islamo-conservateur avait donc menacé d'interdire YouTube et Facebook. «Nous sommes résolus à ne pas laisser le peuple turc être esclave de YouTube et Facebook», avait-il déclaré lors d'un entretien télévisé, «nous prendrons les mesures nécessaires, quelles qu'elles soient, y compris la fermeture».

Le président Abdullah Gül avait toutefois écarté cette menace, vendredi : «YouTube et Facebook sont des plateformes reconnues dans le monde entier. Une interdiction est hors de question». La «suppression» de Twitter devrait rejoindre la liste de ces annonces fracassantes non-suivies d'effet.

Blocage de sites sans procès

Mais la menace que fait peser le pouvoir turc sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant