Turquie : après Twitter, le gouvernement s'attaque à YouTube

le
0
Turquie : après Twitter, le gouvernement s'attaque à YouTube
Turquie : après Twitter, le gouvernement s'attaque à YouTube

Une censure de plus. Le gouvernement turc a ordonné ce jeudi l'interdiction de la plateforme YouTube, un jour seulement après la levée de l'interdiction par la justice du réseau de mircoblogging Twitter qui avait suscité une vague d'indignation. L'organisme -TIB- Autorités des télécoms a communiqué la décision aux serveurs d'internet et aux opérateurs GSM turcs. 

La diffusion pirate d'une conversation sur la Syrie impliquant le gouvernement

C'est la diffusion, ce jeudi sur YouTube, de nouveaux enregistrements d'une conversation dans laquelle sont impliqués quatre hauts responsables turcs, qui a ulcéré le gouvernement. Parmi les voix entendues sur la bande sonore : le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davatoglu et le chef du service des renseignements Hakan Fidan. Ensemble, ils évoquent l'hypothèse d'une intervention militaire en Syrie, pays voisin. Dans la bande sonore, les hommes affirment qu'ils vont envoyer «quatre hommes (en Syrie) pour lancer huit missiles dans un terrain vague». Même si l'authenticité de la discussion n'a pas été établie, il n'en a pas fallu plus pour convaincre le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan d'agir.

La page d'accueil, lorsque les Turcs tentent de se rendre sur Twitter

No more Youtube? #YoutubeBlockedInTurkey pic.twitter.com/DUc58IjlFh? Alexandre Billette (@abillette) March 27, 2014

Dans un communiqué, le ministère turc des Affaires étrangères a assuré que cet enregistrement avait été «manipulé» et dénoncé avec véhémence une «attaque haineuse» à la sécurité nationale de la Turquie. Depuis le mois dernier, des dizaines d'enregistrements de conversations téléphoniques piratées mettant en cause Recep Tayyip Erdogan et son entourage dans un vaste scandale de corruption ont été diffusées sur internet. C'est d'ailleurs ce qui avait encouragé le premier ministre à vouloir «éradiquer Twitter».

Erdogan : «Nous irons les chercher jusque dans les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant