Turquie : Ahmet Davutoglu, vizir déchu d'Erdogan, annonce son départ

le
0
Turquie : Ahmet Davutoglu, vizir déchu d'Erdogan, annonce son départ
Turquie : Ahmet Davutoglu, vizir déchu d'Erdogan, annonce son départ

L'emprise d'Erdogan sur le pouvoir turc a de moins en moins de limites. Voilà maintenant que le président turc s'apprête à éliminer celui qui passait pour son fidèle vizir.  Les divergences entre Recep Tayyip Erdogan et son Premier ministre Ahmet Davutoglu étaient devenues insurmontables. Même s'il nie officiellement tout conflit, Ahmet Davutoglu a annoncé jeudi qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat lors d'un congrès extraordinaire du parti islamo-conservateur AKP (auquel appartiennent les deux hommes) convoqué le 22 mai.

Ce changement de braquet au sein du parti gouvernemental devrait, de fait, mettre fin à aux fonctions de chef de gouvernement de Davutoglu, les deux fonctions étant liés. Il n'y a pas si longtemps, en 2014, lorsque Erdogan, qui ne pouvait plus rester Premier ministre, s'est fait élire président, c'est à Davutoglu qu'il avait logiquement cédé le poste de Premier ministre. 

Artisan d'une politique étrangère affirmée sous Erdogan, dont il a été conseiller diplomatique puis ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, 57 ans, a acquis une réputation de maître négociateur. C'est lui qui a piloté, côté turc, les discussions avec la chancelière allemande Angela Merkel qui ont abouti le 18 mars à un accord avec l'Europe sur les migrants qui pourrait rapporter aux citoyens turcs une avancée historique, l'exemption de visas dans l'espace Schengen.

La Commission européenne a recommandé mercredi une exemption de visa, pour les Turcs souhaitant effectuer des séjours limités à 90 jours dans les pays de l'espace Schengen, soit 22 des 28 pays de l'UE. En contrepartie, Ankara doit lutter contre l'afflux de réfugiés en Europe et accepter le renvoi de migrants arrivés en Grèce via les côtes turques.

Favorable à des négociations avec les Kurdes du PKK

D'ordinaire doux et souriant, l'ex-professeur d'histoire des relations internationales,a musclé son caractère politique, donnant de la voix sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant