Turquie : 5 morts et 27 blessés dans deux attentats au sud-est du pays

le , mis à jour à 12:52
0
Turquie : 5 morts et 27 blessés dans deux attentats au sud-est du pays
Turquie : 5 morts et 27 blessés dans deux attentats au sud-est du pays

Deux policiers ont été tués et 22 personnes blessées dimanche lors de l'explosion d'une bombe devant des locaux de la police turque dans la ville de Gaziantep (sud-est) proche de la frontière avec la Syrie. Selon le gouverneur régional de Gaziantiep, cité par les médias turcs, neuf des blessés sont des policiers.

D'après la chaîne NTV, une voiture piégée a explosé devant le poste de police et la déflagration a été suivie de coups de feu. Des images ont montré des pièces d'un véhicule accidenté près des portes de l'immeuble et plusieurs ambulances et des camions de pompiers sur les lieux .

#Gaziantep governorate confirms car bomb outside #Turkish police HQ martyred one officer, injured 13 other people pic.twitter.com/fijH90oAFN— ANADOLU AGENCY (ENG) (@anadoluagency) 1 mai 2016

Gaziantep, l'une des principales villes du sud-est de la Turquie, compte quelque 1,5 million d'habitants et abrite un grand nombre de réfugiés ayant fui la guerre en Syrie. L'attentat intervient alors que la situation est tendue dans le pays après deux attaques à Istanbul imputées aux jihadistes et deux autres à Ankara revendiquées par des militants kurdes, qui ont fait des dizaines de tués.

Par ailleurs, trois soldats ont aussi été tués et quatorze ont été blessés après avoir été la cible d'une attaque à la roquette ce dimanche matin dans une autre au sud-est du pays, Nusaybin. Une action attribuée au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), a annoncé l'armée. Dans cette région à majorité kurde, dans la province de Mardin, l'armée mène une opération militaire contre le PKK. Selon l'agence de presse Dogan, les rebelles kurdes turcs ont tiré des roquettes sur une unité de démineurs de l'armée.

La police a été déployée en force dans l'ensemble du pays ce dimanche en prévision des traditionnelles manifestations du 1er Mai organisées par la gauche turque et les militants syndicaux qui se terminent souvent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant