Tupperware prend un coup de jeune

le
0
Deuxième marché européen du groupe, la France a adapté son modèle et fait redécoller ses ventes.

«Tupperware, ce ne sont plus les mamies qui passent leur après-midi à discuter autour d'une tasse de thé, ça n'existe plus!» Denis Gruet, PDG de Tupperware, 38 ans de maison, est l'homme qui veut changer l'image de Tupperware en France, le 2e marché européen du groupe derrière l'Allemagne, où est réalisé 12% du chiffre d'affaires mondial.

Lorsqu'il prend les rênes de l'entreprise en 2004, les ventes stagnent, pénalisées par des prix trop élevés. Et la clientèle vieillit. Or «plus la cliente est âgée, moins on vend!», confie-t-il, en visite à l'usine Tupperware de Joué-lès-Tours.

Avec lui, finies les réunions entre ménagères, place aux ateliers culinaires! Certes, la ­méthode reste identique, ­basée sur la vente directe. Un groupe de huit personnes, ­essentiellement des femmes, se réunit autour d'une conseillère culinaire afin d'acheter boîtes hermétiques, moules en silicone ou cocotte vapeur apte au micro-onde. La conseillère, pour laquelle il s'a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant