Tunisie-Vote de confiance pour le gouvernement de Youssef Chahed

le
0
 (Actualisé avec précisions) 
    TUNIS, 27 août (Reuters) - Le Parlement tunisien a accordé 
vendredi soir sa confiance au gouvernement d'union du Premier 
ministre Youssef Chahed, qui prévient qu'un programme 
d'austérité sera inévitable si la Tunisie ne parvient pas à 
résoudre ses difficultés économiques. 
    Sur les 217 législateurs du Parlement tunisien, 167 députés 
ont voté vendredi soir la confiance au gouvernement. 
    L'Etat d'Afrique du Nord est affecté par la baisse des 
revenus du tourisme, depuis deux attaques meurtrières l'année 
dernière menées par des militants djihadistes dans des zones 
touristiques. 
    Des grèves et des manifestations ont également touché la 
production de phosphate du pays, secteur clé des exportations. 
    Youssef Chahed a promis des mesures fortes pour stimuler la 
croissance et créer de nouveaux emplois à l'heure où les 
prêteurs internationaux font pression pour des réformes et une 
baisse des dépenses publiques. 
    Les députés étaient réunis vendredi pour un vote de 
confiance sur son gouvernement qui compte un large éventail 
politique allant de personnalités syndicales ou issues de 
formations islamiques aux indépendants et à la gauche. 
    "Si la situation continue comme ça en 2017 nous aurons 
besoin d'une politique d'austérité, et de licencier des milliers 
d'employés du secteur public et lever de nouvelles taxes", a dit 
le Premier ministre aux députés avant leur vote. 
    Allié du président Beji Caïd Essebsi, Youssef Chahed a 
promis de former un cabinet capable de mettre en oeuvre les 
réformes économiques qui ont pris du retard ces dernières 
années.  
    Certains doutent toutefois de sa capacité à passer outre 
l'opposition des syndicats, les grèves et les joutes intestines, 
qui ont mis à mal les précédents gouvernements. 
     
    LIGNE DURE 
    Agé de 41 ans, Youssef Chahed est le plus jeune Premier 
ministre de l'histoire tunisienne. 
    Faisant un constat sombre de l'économie du pays, il a dit 
anticiper une croissance autour de 1,5%, quand l'objectif de 
croissance officiel est de 2,5% cette année. 
    La production de phosphate a baissé dans les cinq dernières 
années de 60%, tandis que la masse salariale de la fonction 
publique a doublé depuis 2010, a-t-il en outre déclaré. 
    S'attendant à un déficit budgétaire en hausse de 2,9 
milliards de dinars, pour s'établir à 6,5 milliards de dinars 
(2,7 milliards d'euros) fin 2016, le chef du gouvernement promet 
aussi d'être sévère quant aux grèves illégales. 
    "Nous n'autoriserons aucune interruption de la production 
dans les usines et nous serons fermes et sévères dans la gestion 
des grèves illégales et des occupations", a-t-il dit. 
    Youssef Chahed a été nommé à la tête du gouvernement par le 
président Beji Caïd Essebsi il y a plus de trois semaines après 
la démission le mois dernier d'Habib Essid, qui avait perdu un 
vote de confiance au Parlement.   
 
 (Tarek Amara; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant