Tunisie : une élection présidentielle et des législatives dès cette année

le
0
Tunisie : une élection présidentielle et des législatives dès cette année
Tunisie : une élection présidentielle et des législatives dès cette année

L'Assemblée nationale constituante tunisienne a adopté jeudi la nouvelle loi électorale qui doit permettre la tenue d'élections législatives et présidentielle dans l'année. La loi organique a été adoptée par 132 voix pour, 11 contre et 9 abstentions, sur les 217 députés que compte cette assemblée. Elle instaure des législatives au scrutin proportionnel à un tour par circonscription, sans seuil minimal à atteindre. La présidentielle se déroulera en revanche au scrutin majoritaire à deux tours. Son adoption intervient trois mois après celle de la nouvelle Constitution, érigée en exemple de transition vers la démocratie par nombre d'Etats occidentaux, alors que la plupart des pays du Printemps arabe sombraient dans le chaos ou la répression.

Le débat sur la loi électorale, entamé le 18 avril, a été marqué par des séances houleuses, les députés se disputant ou s'invectivant sur des sujets comme l'interdiction de cadres du régime déchu de Ben Ali de se présenter aux élections, une proposition finalement rejetée à une voix près mercredi soir. L'un des derniers articles adoptés jeudi instaure l'obligation pour les partis de présenter des listes paritaires homme-femme aux législatives, conformément à la Constitution qui ancre le principe de parité, une première dans le monde arabe. Une proposition d'imposer un quota de 50% de femmes têtes de liste a cependant été rejetée.

De six à huit mois pour organiser le scrutin

Certains députés ont immédiatement critiqué un texte qui ne va pas assez loin. «Je suis partagée entre amertume et soulagement, amertume car elle n'instaure pas de seuil (...) et favorise la dispersion des voix», relève Karima Souid, élue du parti séculier de gauche Massar, ajoutant aussi regretter que le texte ne donne pas plus de place aux femmes. «Mais soulagement aussi car l'ISIE (l'instance organisant les élections, ndlr) va pouvoir commencer à travailler. Nous étions très en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant