Tunisie : un syndicat national du rap se crée contre la répression

le
0
Tunisie : un syndicat national du rap se crée contre la répression
Tunisie : un syndicat national du rap se crée contre la répression

Des rappeurs tunisiens ont lancé jeudi un syndicat pour défendre les jeunes musiciens, de plus en plus nombreux à dénoncer leur marginalisation et la multiplication des poursuites contre les auteurs de chansons contestataires. «Nous annonçons le lancement officiel du syndicat national du rap, sous le slogan 'art, réforme et solidarité', qui aura pour but essentiel la protection des droits des rappeurs», a indiqué à la presse le nouveau secrétaire général, Wajdi Bouzaydi, plus connu sous le pseudonyme XCALI.

«Le rap en Tunisie s'est imposé comme un art à part entière auprès d'un large public et le rappeur mérite d'être soutenu par le ministère de la Culture, et non marginalisé et ciblé comme c'est le cas depuis toujours, même après la révolution», explique le rappeur, en référence au soulèvement qui a chassé le régime de Zine El Abidine Ben Ali en 2011.

Contre la brutalité policière et pour la liberté d'expression

Les dirigeants du syndicat ont également dénoncé les entraves fréquentes sur le terrain et la répétition des «agressions verbales et physiques» de la part des policiers. «Nous voulons dégonfler la tension (...) entre rappeurs et policiers, mais ces derniers doivent aussi savoir qu'ils ne peuvent pas nous empêcher de dire librement ce que nous pensons d'eux», lance Aymen Feki, dit Men-Ay, poursuivi «pour outrage à un fonctionnaire et atteinte aux bonnes m?urs.»

Aymen et son ami Mister Mustapha sont accusés d'avoir provoqué des heurts avec des policiers lors de la condamnation en juin dernier du rappeur Weld El 15 à deux ans de prison ferme pour une sa chanson culte «Boulicia Kleb» («Les policiers sont des chiens»), jugée insultante envers la police. Weld El 15, qui a vu sa peine réduite en appel à six mois avec sursis, a été de nouveau condamné quelques semaines après par contumace pour avoir chanté lors du festival d'Hammamet. Il est actuellement en cavale.

Les procès ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant