Tunisie : un manifestant tué dans des heurts entre les salafistes et la police

le
1
Tunisie : un manifestant tué dans des heurts entre les salafistes et la police
Tunisie : un manifestant tué dans des heurts entre les salafistes et la police

Un manifestant salafiste de 27 ans a été tué en Tunisie ce dimanche dans les heurts avec la police dans la cité Ettadhamem, un bastion salafiste à 15 km à l'ouest de Tunis, déjà théâtre d'affrontements la semaine dernière. C'est là-bas que les partisans du mouvement salafiste jihadiste Ansar Ashariaa avaient délocalisé leur mobilisation, initialement prévue à à Kairouan (150 km au sud de Tunis) mais annulée par le mouvement lui-même, en raison d'une interdiction gouvernementale.

Sur place, des heurts ont éclaté entre les 400 à 500 militants et les forces de police. Des centaines de salafistes, qui ont érigé des barricades à l'aide de pneus en feu dans les rues de ce quartier, jetaient des pierres et des cocktails Molotov sur les policiers qui répondaient par des tirs de gaz lacrymogènes.

Un manifestant a été tué au cours de ces affrontements, a-t-on appris en fin de journée. La surveillante générale de l'hôpital où avait été évacuée la victime a confirmé sa mort des suites d'une blessure par balle. Un premier bilan provisoire du ministère de l'Intérieur donnait onze policiers et trois manifestants blessés. Les salafistes se sont repliés dans le quartier voisin, Intilaka, où les heurts se sont poursuivis en cours d'après-midi.

Un mouvement qui appelle au jihad

Le mouvement Ansar Ashariaa (Partisans de la loi islamique), la principale organisation salafiste jihadiste de Tunisie, a été créé après la révolution de 2011 par Abou Iyadh, un vétéran d'Al-Qaïda en Afghanistan, que les autorités accusent de plusieurs attaques dans le pays. En retour, les autorités ont interdit le congrès annuel de dimanche à Kairouan d'Ansar Ashariaa, qui a décidé de défier l'interdiction.

Ce mouvement n'a pas d'existence légale en Tunisie faute d'en avoir fait la demande car il ne reconnaît pas l'autorité de l'Etat, la seule source de légitimité selon ses militants étant Dieu. Il est néanmoins très...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 le dimanche 19 mai 2013 à 18:27

    On dirait les pieds Nikelés sur la photo. Par contre on ne sait pas si c'est leurs visages ou leurs partie génitales ???