Tunisie : Sarkozy venu soutenir «la civilisation, contre la barbarie»

le , mis à jour à 17:19
4
Tunisie : Sarkozy venu soutenir «la civilisation, contre la barbarie»
Tunisie : Sarkozy venu soutenir «la civilisation, contre la barbarie»

Eric Ciotti, Rachida Dati, Christian Jacob ou encore Pierre Lellouche... Voilà les membres de la délégation dépêchée pour accompagner Nicolas Sarkozy dans sa visite en Tunisie. Une visite très politique entamée dimanche et qui doit s'achever mardi.

«Le but de la visite est très simple: la Tunisie vit des heures très difficiles. Les amis de la Tunisie doivent être ici quand ça va bien ou quand ça va moins bien», a expliqué le patron des Républicains au musée du Bardo où il a déposé une gerbe en hommage aux 22 victimes de l'attentat sanglant du 18 mars.

Une attaque qui a été suivie trois mois plus tard, le 26 juin, par celle de Sousse dans laquelle 38 touristes ont péri dans un hôtel. C'est bien la lutte contre le terrorisme qui a été au coeur des discussions avec le président tunisien, Béji Caïd Essebsi. A l'issue de la rencontre, Nicolas Sarkozy a estimé que «les Tunisiens ne mènent pas simplement un combat pour la Tunisie (...). C'est un combat qui va au-delà de la seule Tunisie. C'est un combat pour la civilisation contre la barbarie.»

Renouer avec les Français installés en Tunisie

Faisant référence à la situation particulière de la Tunisie qui s'est dotée d'une constitution et d'un régime démocratique en janvier 2014, «c'est bien de ça dont il s'agit, la guerre à la civilisation, à la culture, à la démocratie réussie, à la transition entre un régime de dictature et la démocratie. C'est ça qui est en cause.» Depuis la révolution de Jasmin, qui a mis fin à la dictature de Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011, le pays est en proie à la progression de la mouvance jihadiste. 

Pour Nicolas Sarkozy, le message de soutien n'est pas dénué de visées politiques car il s'agit aussi de renouer avec l'électorat des Français installés en Tunisie. Pour cela, une rencontre-débat est organisée, lundi soir. L'événement affiche déjà complet, même si lors de la présidentielle de 2012, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stmaster le mardi 21 juil 2015 à 10:29

    Quelle girouette ! Dire qu'il soutenait le régime précédent et proposait même des renforts de police pour aider à mater la révolte. Il me dégoûte tous les jours un peu plus.Il manquait le grand penseur BHL au cortège.Là-bas, ils disent : Dégage !!!

  • xk8r le lundi 20 juil 2015 à 17:46

    Enfin un vrai président !

  • odnaz le lundi 20 juil 2015 à 17:36

    Il s'est fendu d'une gerbe sur ces deniers personnels ? .... ou sur ceux de Bygmalion ?

  • odnaz le lundi 20 juil 2015 à 17:35

    Il est comme l'autre : il parle pour ne rien dire. Comme Lapalissade on ne fait pas mieux, il aurait plus étonné en disant l'inverse : "je viens défendre la barbarie contre la civilisation". On a vraiment affaire à des clowns.