Tunisie : quatre soldats tués et huit autres blessés dans une embuscade terroriste

le
0
Tunisie : quatre soldats tués et huit autres blessés dans une embuscade terroriste
Tunisie : quatre soldats tués et huit autres blessés dans une embuscade terroriste

Alors que le président tunisien Béji Caïd Essebsi débutait une visite une visite d'Etat de deux jours en France, quatre soldats ont été tués et huit autres blessés dans une embuscade contre une patrouille militaire dans la région de Kasserine, une zone d'activité de jihadistes armés dans le centre-ouest de la Tunisie, annoncent des médias locaux, selon un bilan provisoire. Le ministère de la Défense tunisien indiquait que trois militaires avaient trouvé la mort dans cette embuscade avant de revoir à la hausse ce bilan.

Le porte-parole du ministère de la Défense a précisé qu'un groupe terroriste à Sbeïtla, à proximité de Jbal Mghilla, a pris pour cible un véhicule militaire et des échanges de tirs ont eu lieu. D'après une source militiare, le groupe terroriste ayant mené l'attaque est estimé entre 30 et 35 hommes.

La région de Kasserine, frontalière de l'Algérie, est le théâtre de heurts armés réguliers entre des jihadistes et les forces tunisiennes. Depuis décembre 2012, une soixantaine de policiers, gendarmes et soldats ont ainsi été tués dans des embuscades où des explosions de mines. La plus sanglante en juillet 2014 a coûté la vie à 14 soldats sur le mont Chaambi, un massif à la frontière avec l'Algérie considéré comme la principale base arrière du maquis jihadiste.

Le groupe armé actif dans la région est la Phalange Okba Ibn Nafaa liée à Al-Qaïda et qui, selon les autorités, est aussi responsable de l'attaque sanglante contre le musée du Bardo le 18 mars à Tunis. C'est pourtant un autre groupe, lié lui à l'organisation Etat islamique (EI), qui a revendiqué l'attentat. La Tunisie a annoncé fin mars avoir tué l'Algérien Abou Sakhr, l'homme qu'elle considérait comme le chef de Okba Ibn Nafaa, affilié à al-Qaïda au Maghreb. Des renforts de forces de l'ordre sont envoyés sur place où une opération de ratissage est en cours.

La France, où le président tunisien Béji Caïd ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant