Tunisie : quatre policiers tués dans une attaque terroriste contre un ministre

le
0
Tunisie : quatre policiers tués dans une attaque terroriste contre un ministre
Tunisie : quatre policiers tués dans une attaque terroriste contre un ministre

La Tunisie est en deuil. Le président de la République Moncef Marzouki a décrété mercredi jour de deuil national à la suite d'une violente attaque terroriste contre la résidence d'un ministre. Quatre policiers tunisiens ont trouvé la mort et deux ont été blessés dans cette attaque à la Kalachnikov qui s'est déroulée dans la nuit de mardi à mercredi contre le domicile du ministre de l'Intérieur à Kasserine (centre-ouest). Les parents du ministre de l'intérieur, son épouse, ses deux enfants et deux de ses frères étaient présents à l'intérieur de la maison pendant l'attaque. 

Les assaillants étaient encagoulés et circulaient à bord d'un pick-up, a indiqué un habitant qui les a vus partir. L'agent de sécurité blessé dans l'attaque a dit que l'échange de tirs entre les terroristes et les policiers a duré 45 minutes vers minuit. «Les assaillants (une dizaine) étaient arrivés à bord d'un véhicule puis avaient lancé des Allah akbar (Dieu est grand) avant de commencer à tirer», a t-il raconté.

Les auteurs de l'attaque étaient «aguerris» et «entraînés à tuer»

Le ministre de l'Intérieur, qui se trouvait à Tunis au moment de l'attaque, estime que la Tunisie était «toujours en guerre contre le terrorisme et il faut s'attendre à certaines pertes». Il a également affirmé que les auteurs de l'attaque étaient «aguerris» et «entraînés à tuer». Il a assuré que l'un d'eux avait combattu au Mali et qu'un autre avait participé à «égorger nos soldats» lors d'une embuscade sur le Mont Chaambi en juillet 2013.

Kasserine est située au pied du Mont Chaambi, un massif à la frontière algérienne où l'armée pourchasse depuis décembre 2012 un groupe accusé de liens avec Al-Qaïda qui n'a toujours pas été neutralisé malgré des bombardements aériens réguliers et des opérations au sol. Des soldats et gendarmes tunisiens sont régulièrement blessés ou tués sur le Mont Chaambi, généralement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant