TUNISIE. Michèle Alliot-Marie : « J'ai appris à avoir le cuir épais »

le
0

Malmenée au moment de la crise tunisienne, la patronne du Quai d'Orsay s'explique. En Egypte, la ministre appelle les autorités à écouter l'aspiration des peuples au changement.

Les troubles s'intensifient en Egypte. Hosni Moubarak est-il menacé ?

Michèle Alliot-Marie. Nous sommes très préoccupés par les manifestations, et nous déplorons les violences qui ont fait des victimes. Nous appelons à la retenue et au dialogue. Tous les dirigeants dans le monde doivent être à l'écoute des transformations de la société, de l'aspiration des peuples au changement, à la liberté, à la démocratie, au partage des richesses. On parle beaucoup d'un effet contagion avec la Tunisie, mais la situation des deux pays n'est pas comparable. La Tunisie est un pays relativement riche avec une classe moyenne qui compte. L'Egypte a des difficultés économiques importantes, les Frères musulmans y sont très présents.

La France donne l'impression d'être l'amie des autocrates. Bouteflika, Moubarak viennent même s'y faire soigner...

Cela démontre la qualité de notre médecine... Les Etats-Unis aussi accueillent des dirigeants pour se faire soigner chez eux. Plus sérieusement, dans nos relations, nous appliquons tout simplement les principes internationaux : nous traitons d'Etat à Etat avec les gouvernements reconnus par la communauté internationale. Deuxième principe : nous ne nous ingérons pas dans les affaires d'un autre Etat, comme nous ne tolérerions pas qu'on s'ingère dans les nôtres. Troisième principe, enfin : nous appelons toujours à plus de démocratie et de liberté.

En Tunisie, le général Ammar, l'homme qui a obligé Ben Ali à quitter le pouvoir, est considéré comme un héros. Quel peut-être son rôle et celui de l'armée ?

Je connais Rachid Ammar depuis presque dix ans. C'est un homme sincère, remarquable, un militaire à l'esprit républicain, très respectueux des institutions, des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant