Tunisie: Marzouki appelle au calme après des manifs anti-Essebsi

le
0
Tunisie: Marzouki appelle au calme après des manifs anti-Essebsi
Tunisie: Marzouki appelle au calme après des manifs anti-Essebsi

Le président sortant tunisien, Moncef Marzouki, a, dans un discours mercredi, appelé au calme les manifestants, notamment dans le sud du pays, qui affrontent les forces de l'ordre et incendient des locaux de l'administration, depuis l'élection dimanche de Beji Caïd Essebsi. Le chef de l'Etat tunisien sortant, largement battu au second tour, s'est adressé directement à ses partisans dans cette brève allocution enregistrée au palais de Carthage et diffusée sur la page officielle de la présidence. «Je m'adresse à mes proches dans le sud, en particulier dans le gouvernorat de Kébili dont je suis originaire, pour leur dire ma demande pressante d'arrêter les mouvements de protestations par amour pour la Tunisie», a déclaré Marzouki, le visage grave.

Dès la revendication de la victoire par l'équipe de Béji Caïd Essebsi à l'issue du second tour de la présidentielle dimanche soir, des violences ont éclaté dans le sud tunisien, Tataouine, Gabes où El Hamma où deux postes de police ont été incendiés. Des heurts se sont de nouveau produits dans la nuit et mercredi, notamment dans la localité de Souk alhad, à Kébili, où des protestataires ont mis le feu au poste de la Garde nationale (gendarmerie) ainsi qu'au siège de la délégation (sous-préfecture), a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Mohamed Ali Aroui.

Dans la nuit de mardi à mercredi à Sidi Bouzid (centre-ouest), là où est née la révolution du Jasmin, des manifestants ont aussi bloqué la route devant le siège local de l'instance électorale et mis le feu à des pneus, selon un correspondant de l'AFP sur place. Mercredi, Des dizaines de personnes se sont rassemblées devant le siège de la radio nationale, à Tunis, pour dénoncer la «fraude électorale», dimanche dernier. Ils ont crié leur hostilité à l'égard de l'Instance électorale qu'ils accusent d'avoir été à la solde du vétéran et l'ancien régime, qu'incarne selon eux, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant