Tunisie : les terroristes espéraient établir un émirat de Daech à Ben Guerdane

le , mis à jour à 16:45
0
Tunisie : les terroristes espéraient établir un émirat de Daech à Ben Guerdane
Tunisie : les terroristes espéraient établir un émirat de Daech à Ben Guerdane

Les djihadistes qui ont tenté de frapper fort, lundi très tôt, à Ben Guerdane dans le sud de la Tunisie avaient bien l'espoir d'y créer une zone tampon, sous l'égide de l'Etat islamique, et d'y installer un émirat comme en Iraq, la Syrie en passant par la Libye voisine. Les terroristes arrêtés par les forces de l'ordre lors de cette attaque meurtrière sans précédent seraient passés aux aveux, selon les autorités tunisiennes alertées déjà par des services occidentaux de ces menaces. Mais l'attaque de lundi semble être suffisamment planifiée par les hommes de Daech qui comptent vraisemblablement de plusieurs combattants issus de la région. D'autres djidahistes étrangers passés par la Libye ont également pris part à cette incursion.

Dès l'aube, ils étaient environ 70 terroristes (50 selon Tunis) à investir cette bourgade de 60 000 habitants à une trentaine de kilomètre de Ras Jdir, frontière avec la Libye. Les autorités tunisiennes ne disent pas comment sont-ils parvenus à rentrer aussi facilement dans la ville alors qu'une tentative d'attentat avait eu lieu dans la banlieue de la même cité de Ben Guerdane quatre jours avant. Cinq djihadistes venus de Libye, dénoncés par des habitants, avaient été encerclés dans une maison avant d'être abattus. Lundi matin, le groupe, dont la majorité arrivait de Libye, malgré la surveillance renforcée, a pu s'attarder dans le centre ville où des habitants ont été contrôlés par des djihadistes, se déclarant de Daech, à la recherche de policiers ou de militaires.

Vigilance extrême

Divisés en trois grosses équipes, les terroristes ont eu une feuille de route bien définie: un groupe d'une vingtaine de personnes destiné à l'attaque de la garde nationale, un autre composé de 30 combattants visant la caserne militaire et enfin, le reste éparpillé en petits groupes dans la ville afin de faire appel aux habitants, dont certains partisans, pour participer au djihad contre le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant