Tunisie : les pourparlers sur le Premier ministre suspendus

le
0
Tunisie : les pourparlers sur le Premier ministre suspendus
Tunisie : les pourparlers sur le Premier ministre suspendus

Alors que le nom d'un nouveau Premier ministre tunisien devait être annoncé lundi, les pourparlers entre les islamistes et l'opposition ont été suspendus sine die faute d'accord. C'est ce qu'a indiqué peu avant minuit le médiateur de la crise, le syndicat UGTT.

«Nous avons décidé de suspendre le dialogue national jusqu'à ce qu'il y ait un terrain favorable à sa réussite» a déclaré le secrétaire général de l'UGTT, Houcine Abassi, soulignant qu'il n'y a aucun «consensus sur la personnalité qui dirigera le gouvernement».

Les deux camps se rejettent la responsabilité du blocage de ces pourparlers qui ne se sont pas achevés comme prévu à l'origine samedi 2 novembre. Les islamistes d'Ennahda et leur allié laïc Ettakatol insistent pour Ahmed Mestiri, 88 ans, alors que l'essentiel de l'opposition soutient Mohamed Ennaceur, 79 ans, pour succéder à l'actuel chef du gouvernement islamiste.

Mestiri est candidat de la coalition actuelle

«Le meilleur scénario c'est de se mettre d'accord sur Ahmed Mestiri comme chef du gouvernement», a de nouveau souligné lundi après-midi Ameur Larayedh, haut responsable d'Ennahda et frère du Premier ministre Ali Larayedh. La coalition d'opposition «Front de salut national a proposé d'abandonner le candidat Mohamed Ennaceur et a proposé d'autres candidats, en dehors de Mestiri. Mais Ennahda et Ettakatol ont refusé», a indiqué l'opposant laïc Mourad Amdouni.

Devant cette impasse, l'opposition se montre sceptique. «S'il n'y a pas de consensus aujourd'hui, ce sera l'échec des négociations», a estimé Samir Bettaïeb, du parti Al Massar. Le Premier ministre indépendant, qui est censé être désigné lors de ce «dialogue national, doit en théorie, selon le calendrier des négociations, former d'ici la mi-novembre un cabinet apolitique» pour remplacer celui d'Ali Larayedh.

Ces pourparlers visent à sortir la Tunisie de la profonde impasse dans laquelle elle est plongée depuis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant