Tunisie : les écoles restent fermées, l'armée promet la paix

le
0
REPORTAGE - Le chef d'état-major se porte «garant de la révolution» devant les manifestants qui exigent la démission du gouvernement.

Les volets bleus n'ont pas bougé d'un pouce. De couloirs en salles de cours, pas un rire, pas un murmure. Sur un tableau blanc, une date, celle du 10 janvier, est restée gravée au feutre bleu. Depuis ce jour, l'école de la rue de Marseille, au c½ur de Tunis, n'a pas rouvert ses portes, à cause de la «révolution». Rawda, une mère de famille, a pourtant cru en cette rentrée des classes, qui avait été prévue pour lundi. Venue accompagnée de deux de ses enfants, elle reste perplexe. «Mes enfants commencent à trouver le temps long à la maison. Il est temps qu'on se remette au travail. Moi aussi, j'ai fait la révolution, mais j'aimerais bien que la vie continue», s'énerve-t-elle. Soucieux d'un retour à la normale, après l'euphorie suscitée par le départ de Ben Ali, le 14 janvier, le gouvernement provisoire tunisien avait annoncé, ce week-end, que les cours reprendraient normalement cette semaine. Mais c'était sans compter sur une grève des professeurs et des

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant