Tunisie : le premier ministre avait «peur»

le
0
Au bord des larmes à plusieurs reprises, Mohammed Ghannouchi s'est livré vendredi soir dans une interview télévisée inédite. Il a assuré qu'il ne briguerait pas le pouvoir après la période de transition

«J'avais peur, comme tous les Tunisiens.» La confidence télévisée de l'homme qui a été le premier ministre du président déchu Ben Ali pendant plus de 11 ans surprend. Mais elle semble cohérente avec l'image donnée tout au long d'une interview historique. Pendant plus d'une heure vendredi soir, Mohammed Ghannouchi est apparu dans les habits d'un grand commis d'Etat avec ses moments de doute, de modestie et d'émotion.

Parlant à deux journalistes indépendants, Ridha Kafi et Saloua Charfi, le président du cabinet de transition, fortement contesté par la rue, a voulu mettre les points sur les i : aucune ambition politique pour la période de l'après Ben Ali, un souci de réussir la transition du pays vers la démocratie et un engagement à préserver les acquis de l'ère d'Habib Bourguiba, le père de l'indépendance, notamment l'interdiction de la polygamie.

Pour cet homme, qui a été longtemps considéré comme un serviteur de la volonté présidentielle de l'ère Ben Ali,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant