Tunisie : le gouvernement formé, la nouvelle Constitution adoptée

le
0
Tunisie : le gouvernement formé, la nouvelle Constitution adoptée
Tunisie : le gouvernement formé, la nouvelle Constitution adoptée

La Tunisie s'offre une nouvelle Constitution et un nouveau gouvernement. Désigné Premier ministre par l'opposition et les islamistes, dans le cadre du dialogue national pour sortir le pays de la crise, Mehdi Jomaâ a enfin pu présenter, dimanche soir tard, son cabinet au président Marzouki. Ce nouveau gouvernement doit encore recevoir l'aval de l'Assemblée nationale constituante. Cette dernière a également adopté la nouvelle Constitution en fin de soirée, plus de trois ans après la révolution qui avait déclenché le printemps arabe.

Le nouveau gouvernement est donc une équipe restreinte composée d'hommes et de femmes n'appartenant à aucun parti politique. Sauf le ministre de l'Intérieur Ben Jeddou que le parti Ennahda a voulu maintenir à son poste au risque de bloquer la situation. Ben Jeddou garde ainsi son poste qu'il occupe depuis mai 2013, alors que l'opposition l'accuse de n'avoir pas empêché l'essor des Jihadistes.

Conscient que «la mission n'est pas facile», dès sa nomination, il y a deux semaines, le chef du gouvernement avait prévenu qu'il «n'allait pas faire de miracles». «J'ai formé ma liste sur la base de trois critères : la compétence, l'indépendance et l'intégrité, a-t-il dit dimanche soir. ce cabinet est une équipe extraordinaire qui a conscience des défis».Ministre sortant de l'Industrie, Mehdi Jomaâ, ingénieur de 51 ans, a été désigné le 10 janvier pour former un cabinet d'indépendants afin de conduire la Tunisie vers des élections, prévues avant l'été. 

Blocage sur le ministre de l'Intérieur

L'entrée en fonction d'un cabinet apolitique est la pierre angulaire d'un accord entre les islamistes du parti Ennahda, majoritaires à l'Assemblée, et leurs détracteurs pour sortir le pays de la profonde crise politique déclenchée il y a six mois par l'assassinat d'un député d'opposition, Mohamed Brahmi.

En octobre, l'opposition et Ennahda ont accepté de signer une feuille ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant