Tunisie-L'économie demeure solide malgré l'attentat de Sousse

le , mis à jour à 18:27
0

par Andrew Torchia DUBAI, 29 juin (Reuters) - L'attentat de Sousse, qui a coûté la vie à 39 personnes vendredi, constitue un coup dur pour l'industrie touristique de la Tunisie mais l'économie du pays paraît suffisamment solide pour surmonter cette épreuve. Les agences de tourisme européennes ont procédé au rapatriement de plusieurs milliers de clients après l'attaque par un jeune homme armé d'un hôtel de cette station balnéaire fréquentée par les étrangers. La plupart des victimes sont des Britanniques. Plusieurs mois pourraient être nécessaires avant que la confiance dans la sécurité soit rétablie en Tunisie et que les touristes prennent le risque de revenir y passer leurs vacances. Cela devrait peser sur les réserves de devises étrangères du pays et affaiblir sa monnaie nationale. Les analystes estiment toutefois que l'économie ne devrait pas connaître à nouveau une récession comparable à celle qui avait fait suite au renversement du régime de Zine ben Ali en 2011. L'inflation reste constamment en dessous de 6%, la collecte de l'impôt s'améliore et des mesures ont été prises pour limiter les dépenses publiques. Sur le plan politique, les élections de 2014 ont amené au pouvoir une coalition disposant d'une large majorité parlementaire et le gouvernement devrait être en mesure d'adopter des réformes nécessaires pour attirer les investisseurs. "Bien que sur le court terme il y aura une influence négative sur les revenus touristiques, l'économie a accompli certaines avancées positives importantes", juge John Sfakianakis, directeur d'Ashmore Group, organisme spécialisé dans la gestion de fonds et basé à Ryad, en Arabie saoudite. "La majorité parlementaire devrait autoriser l'approbation de réformes structurelles mises entre parenthèses par la transition politique de 2011 à 2014, y compris des réformes du secteur financier et du droit de la concurrence, des faillites et des partenariats public-privé", ajoute-t-il. LE FMI OPTIMISTE Pour Arnaud Louis, directeur chez Fitch, l'attentat de Sousse va peser sur la croissance et les entrées de devises étrangères mais il n'interrompra pas la reprise économique et n'aura pas d'impact sur la note souveraine du pays. La "révolution de jasmin" avait entamé d'un tiers les revenus tirés du tourisme. En 2014, ces revenus avaient retrouvé leur niveau d'avant 2011. L'année 2015 s'annonce plus délicate parce que l'attentat de Sousse est venu s'ajouter à l'attaque meurtrière contre le musée du Bardo en mars à Tunis, qui a fait 23 morts. Une crise de la balance des paiements n'est toutefois pas à redouter car le déficit continue de se réduire (-38% sur un an au premier trimestre 2015) sous l'effet d'une hausse des exportations et d'une baisse des prix pétroliers. Le pays semble également mieux en mesure de faire face aux pressions sur sa balance des paiements que cela n'était le cas il y a un an. Les avoirs en devises étrangères se sont accrus de 10,39 milliards de dinars en avril 2014 (un niveau jugé "dangereux" par la banque centrale) à 13,51 milliards de dinars. La banque centrale tunisienne avait limité ses ventes de devises étrangères fortes et autorisé un flottement de la monnaie à près de deux dinars pour un dollar contre 1,57 en avril 2014. "C'est une stratégie raisonnable pour faire face à la situation et rendre les exportations moins onéreuses", a commenté Khaled Abdel Majeed, fondateur de MENA Capital, fonds d'investissement spécialisé dans les pays du Moyen-Orient. Le tourisme emploie en Tunisie environ 228.000 personnes, soit 7% de l'emploi national, et représente 15% du PIB en incluant les activités dérivées. Le FMI est optimiste dans ses prévisions pour la Tunisie dont la croissance devrait être de 3% cette année, après 2,3% en 2014. (Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant