Tunisie : l'Assemblée constituante suspendue, l'opposition dans la rue

le
0
Tunisie : l'Assemblée constituante suspendue, l'opposition dans la rue
Tunisie : l'Assemblée constituante suspendue, l'opposition dans la rue

Deux ans et demi après la révolution du jasmin, la situation politique en Tunisie est une nouvelle fois dans l'impasse. Afin de forcer les islamistes au pouvoir et leurs détracteurs au dialogue, Mustapha Ben Jaafar, le président de l'Assemblée nationale constituante (ANC) a annoncé mardi la suspension des travaux de rédaction d'une nouvelle constitution.

«J'assume ma responsabilité de président de l'ANC et suspends les travaux de l'assemblée jusqu'au début d'un dialogue (entre pouvoir et opposition) et cela au service de la Tunisie», a déclaré à la télévision d'Etat Mustapha Ben Jaafar, le représentant d'Ettakatol, le principal allié laïque de centre-gauche d'Ennahda, le parti islamiste au pouvoir.

Cette annonce a été suivie du rassemblement de quelque 40 000 manifestants d'opposition mardi soir, devant l'Assemblée nationale constituante (ANC) à Tunis. Ils réclament la démission du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda et la dissolution de la Constituante. Les protestataires ont brandi des drapeaux de la Tunisie et ont scandé «le peuple veut la chute du régime» ou encore «le gouvernement va tomber aujourd'hui». De nombreux manifestants tenaient aussi des portraits du député d'opposition Mohamed Brahmi, dont l'assassinat le 25 juillet est à l'origine de la crise actuelle, et de l'opposant Chokri Belaïd, tué en février.

Une societé divisée comme jamais

«J'appelle tout le monde à participer au dialogue (...) Les Tunisiens en ont marre», déclarait plus tôt M. Ben Jaafar, dont le parti, sans quitter la coalition au pouvoir, est favorable à la mise en place d'une nouvelle équipe gouvernementale. Revenant sur la menace «terroriste» et les deux assassinats, Mustapha Ben Jaafar a dénoncé l'incapacité de la classe politique à s'unifier face au danger, les voyant emprunter la voie «de la division et de la sédition».

Dans la journée, les dirigeants d'Ennahda avaient prévenu une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant