Tunisie : l'armée bombarde des «terroristes» près de la frontière algérienne

le
1
Tunisie : l'armée bombarde des «terroristes» près de la frontière algérienne
Tunisie : l'armée bombarde des «terroristes» près de la frontière algérienne

L'armée tunisienne menait vendredi une opération aérienne et terrestre de «grande ampleur» contre des «terroristes» au mont Chaambi, près de la frontière algérienne. Les affrontements avec un groupe armé ont débuté dans la nuit, aux abords d'une zone où huit militaires ont été sauvagement tués dans une embuscade en début de semaine.

«Jeudi vers 22 heures, des accrochages entre les militaires et un groupe terroriste ont commencé. A l'aube ce vendredi, une opération de grande ampleur, avec usage d'unités aériennes et terrestres a débuté», a indiqué à radio Mosaïque FM le porte-parole des forces armées, Taoufik Rahmouni. Pour le moment, «nous n'avons ni tué ni arrêté de terroristes», a-t-il dit, ajoutant ne pas pouvoir dire de combien de combattants le groupe armé était composé.

Les explosions étaient audibles depuis Kasserine, ville voisine située à une quinzaine de kilomètres de là. Plusieurs suspects ont été arrêtés dans la mosquée El Tawba située dans un quartier de la ville. Mosaïque FM a indiqué que douze «salafistes extrémistes» y ont été placés en détention.

La Tunisie confrontée à des groupes islamistes violents

Selon les radios tunisiennes Shems-fm et Mosaïque-FM, les bombardements visent à détruire les cachettes du groupe, alors que les forces tunisiennes pourchassent depuis décembre dans la région une cellule de plusieurs dizaines de combattants liés à Al-Qaïda au mont Chaambi, à la frontière algérienne. Dans ce massif, outre le huit militaires tunisiens tués et mutilés lundi dans une embuscade, trois autres militaires et un gendarme ont trouvé la mort et une vingtaine d'autres ont été blessés en sept mois.

L'embuscade de lundi a aggravé une crise politique déclenchée le 25 juillet par l'assassinat par balles d'un député d'opposition, Mohamed Brahmi, un crime attribué à la mouvance jihadiste. Depuis la révolution de janvier 2011, la Tunisie est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le vendredi 2 aout 2013 à 13:32

    Les vacances en tunisie c'est le pied (mais mutilé) !