Tunisie : gauche syndicale et islamistes à couteaux tirés

le
0
Une grève générale a touché, jeudi, plusieurs régions du pays

Quatre gouvernorats tunisiens ont observé jeudi une grève générale. Des hauts lieux de la révolution, comme Sidi Bouzid et Kasserine, ou de la contestation sociale avec Gafsa et son bassin minier, et enfin Sfax, deuxième ville du pays, place forte du principal syndicat, l'UGTT. Ce vendredi c'est Tozeur dans le sud qui débraye, avant une grève générale jeudi prochain dans tout le pays.

Le mot d'ordre: défendre l'Union générale tunisienne du travail, dont le siège mardi, dans le centre de Tunis a été le théâtre de violences. Le syndicat entamait alors deux jours de commémorations, soixante ans après l'assassinat de son fondateur, Farhat Hached. Sono à plein volume, portraits, drapeaux, la journée devait être une fête, elle a tourné à l'émeute quand des militants progouvernement sont venus dire au syndicat leur mécontentement. «Le peuple veut assainir l'Union!» scandaient les manifestants lui rep...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant