Tunisie : Essebsi remporte la présidentielle, Marzouki le félicite

le
1
Tunisie : Essebsi remporte la présidentielle, Marzouki le félicite
Tunisie : Essebsi remporte la présidentielle, Marzouki le félicite

Béji Caïd Essebsi, 88 ans, est le nouveau président tunisien. Ce lundi, le chef du parti anti-islamiste Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) a été officiellement déclaré vainqueur de l'élection présidentielle, dont le second tour s'est déroulé dimanche en Tunisie. Il l'emporte avec 55,68 % des voix (plus d'1,7 million de voix) contre 44,32 des suffrages (1,3 million de voix) pour son rival, Moncef Marzouki, annonce l'instance électorale (ISE). Le taux de participation s'est établi à 60,1 % des inscrits. 

Le président sortant Marzouki a félicité Essebsi moins de deux heures après la publication des résultats officiels. Dimanche soir, les relations entre les deux hommes étaient plus tendues. Béji Caïd Essebsi avait revendiqué sa victoire malgré les objections de son rival. «L'avenir proche et lointain nous oblige à travailler ensemble pour la Tunisie», lançait-il à l'adresse de Marzouki. Ce dernier avait jugé «sans fondement» la revendication de victoire de son adversaire, disant attendre les résultats officiels.

Une coalition stable à construire

Avec cette victoire, Béji Caïd Essebsi réalise un doublé moins de deux mois après la victoire de son parti aux législatives. Nidaa Tounès doit désormais former le prochain gouvernement. Cette formation hétéroclite devra rapidement s'atteler à constituer une coalition stable, faute de majorité absolue au Parlement. Elle devra composer avec les islamistes d'Ennahda, qui restent la deuxième force politique du pays et n'avaient pas présenté de candidat à la présidentielle.

L'essentiel du pouvoir exécutif revient au gouvernement, le chef de l'Etat ayant vu ses prérogatives limitées dans la Constitution adoptée début 2014 afin d'éviter un retour vers la dictature. L'actuel Premier ministre Mehdi Jomaa, un indépendant désigné après une profonde crise politique qui forcé les islamistes d'Ennahda à quitter le pouvoir, a estimé que le nouveau gouvernement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le lundi 22 déc 2014 à 18:37

    Papy gateux - islamistes - encore une destination touristique qui se ferme aux Européens !Dommage pour le peuple ,par ailleirs tré sympa, qui a fait ce choix !