Tunisie-Ennahda entend séparer ses activités politiques et religieuses

le
0
    TUNIS, 21 mai (Reuters) - Le parti islamiste modéré tunisien 
Ennahda a annoncé vendredi qu'il entendait séparer désormais ses 
activités politiques de ses activités religieuses. 
    Ennahda est le premier parti islamique à être arrivé au 
pouvoir dans la foulée des révolutions du "printemps arabe" de 
2011, et il a pris part au premier gouvernement de coalition 
consécutif à la chute de l'autocrate Zine Ben Ali. 
    "Ennahda est passé du statut de mouvement idéologique engagé 
dans la lutte pour l'identité à celui de mouvement de 
protestation contre le régime autoritaire, et désormais il est 
un parti démocratique national", a déclaré Rached Ghannouchi, 
président d'Ennahda, à ses partisans lors d'un rassemblement 
politique. "Nous devons tenir la religion bien à l'écart des 
luttes politiques", a-t-il ajouté. 
    A en croire des analystes, Ennahda vise par un tel 
réalignement à se distinguer dans une région où l'islam 
politique a subi des revers, et à préparer les élections locales 
de l'an prochain ainsi que la présidentielle de 2019. 
    Contrairement aux Frères musulmans qui, en Egypte, ont été 
chassés du pouvoir par l'armée en juillet 2013 et empêchés 
d'exercer une activité politique, Ennahda a pu survivre 
politiquement malgré un conflit avec le camp laïque, avec lequel 
il a fini par partager le pouvoir. 
    "Ennahda a profité, tiré les enseignements des changements 
dans la région, après les Frères musulmans en Egypte, et a bien 
compris qu'il n'y avait pas d'avenir dans l'islam politique", 
estime l'analyste Djamel Arfaoui. 
 
 (Tarek Amara; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant