Tunisie-Des islamistes attaquent un poste de contrôle, 4 morts

le
1

(actualisé avec incursion d'islamistes près de Kef) TUNIS, 18 février (Reuters) - Une vingtaine d'islamistes ont attaqué mardi soir un poste de contrôle de la région de Kasserine, dans le centre-ouest de la Tunisie, tuant quatre membres de la Garde nationale et repartant avec leurs armes, a fait savoir mercredi le gouvernement. Le ministère de l'Intérieur a déclaré que le groupe Okba Ibn Nafaa, petite brigade de combattants affiliés à Al Qaïda opérant dans les montagnes le long de la frontière algérienne, étaient responsables de cette attaque. "Une vingtaine de terroristes ont attaqué un poste de contrôle et tué quatre membres de la Garde nationale. Ils ont ouvert le feu sur le poste de contrôle puis ont pris la fuite avec les armes des agents", a déclaré à la presse Mohamed Ali Laroui, porte-parole du ministère tunisien de l'Intérieur. Une radio tunisienne a rapporté par ailleurs que des islamistes avaient fait irruption dans des habitations des environs de Kef, non loin de la frontière algérienne. Ils ont tenu en joue les habitants et exigé des vivres et du matériel, avant de s'enfuir dans les montagnes. Les forces tunisiennes sont engagées depuis avril dernier dans une opération contre les islamistes, qu'elles cherchent à chasser du djebel Chambi, massif montagneux proche de l'Algérie et qui leur sert de base. L'an dernier, Okba Ibn Nafaa a tué au moins 14 soldats lors de l'attaque de deux postes de contrôle, soit les coups les plus meurtriers portés aux forces armées tunisiennes. Après le soulèvement de 2011 et le renversement du président Zine Ben Ali, plusieurs groupes islamistes ont fait leur apparition en Tunisie, notamment Ansar al Charia, qui figure sur la liste des organisations terroristes des Etats-Unis et de l'Union européenne. Plus de 3.000 Tunisiens ont quitté leur pays pour aller combattre en Syrie et en Irak. Des islamistes ont d'autre part trouvé refuge dans le djebel Chambi après avoir été chassés du Mali par l'opération Serval, lancée par l'armée française dans le nord de ce pays. (Tarek Amara; Jean-Stéphane Brosse, Danielle Rouquié et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • raich2 le mercredi 18 fév 2015 à 15:40

    La gangrène s'étend au pas de charge. La Tunisie est réputée "tranquille"