Tunisie: Club Med ferme son village à Hammamet

le
0
Tunisie: Club Med ferme son village à Hammamet
Tunisie: Club Med ferme son village à Hammamet

Le Club Méditerranée ferme un de ses plus beaux sites en Tunisie. Il a décidé de baisser le rideau de son village de Hammamet, haut lieu du tourisme en Tunisie. La direction du groupe a confirmé ce mercredi matin cette information révélée par la presse tunisienne. Le club de Hammamet est un village 3 Tridents. Il n'était ouvert qu'aux saisons d'été. Il ne rouvrira donc pas à la saison 2014.

«Face à la dégradation des réservations de la clientèle française vers la Tunisie, nous ajustons nos capacités», a déclaré la directrice de la Communication, Caroline Bruel, en rappelant que le syndicat Seto des tour-opérateurs a fait part d'une chute de l'ordre de 30% sur l'été 2013 du marché français vers la Tunisie. L'opérateur avait déjà cessé à l'été 2012 d'exploiter son club de Djerba la Fidèle (3 Tridents), dont elle conserve pour l'instant la propriété des murs.

Des attentats contre des sites touristiques

Le tourisme en Tunisie est sérieusement touché depuis la révolution anti Ben Ali, il y a près de trois ans. Malgré tous les efforts du gouvernement afin d'épargner la chute de ce secteur clé de l'économie tunisienne (7% du PIB),l'instabilité politique du pays ajoutée aux violences terroristes plombe le tourisme. Des attaques djihadistes ont culminé en octobre avec la mort de neuf policiers et gendarmes et deux attentats ratés qui ont visé pour la première fois des sites touristiques, à Sousse et à Monastir au sud-est de la capitale. Dans cette zone où un kamikaze s'est fait exploser la semaine dernière sur une plage sans faire de victimes, les contrôles policiers ont été considérablement renforcés.

Jean-Pierre Mas, président du premier réseau français d'agences de voyages indépendantes, Sélectour Afat (AS Voyages), a affirmé aussittôt après ces tentatives d'attentats «ne pas savoir si (ces) évènements ont ralenti le nombre de réservations». Mais il fait un «bilan sombre» pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant