Tunisie/Cap-Vert, devoir de réserve

le
0
Tunisie/Cap-Vert, devoir de réserve
Tunisie/Cap-Vert, devoir de réserve

Opposés au premier tour de la CAN 2015, la Tunisie et le Cap-Vert ont été impliqués dans l'affaire la plus rocambolesque des qualifications pour la Coupe du monde 2014. Éliminés sur le terrain, les Aigles de Carthage ont obtenu leur ticket pour les barrages après avoir déposé une réserve contre les Requins bleus, qui ont été disqualifiés par la FIFA. Une victoire administrative qui n'a pas fait que du bien au football tunisien. Explications.

La Tunisie se réveille le 8 septembre 2013 au matin avec une sacrée gueule de bois. Assommé par le Cap-Vert (0-2) à Tunis, le Onze national a vu son rêve de Coupe du monde 2014 s'envoler. Les Aigles de Carthage, à force de perdre des points en route et suite à un concours de circonstances défavorable, avaient offert aux Requins bleus une chance inestimable de leur souffler la première place du groupe B - et la qualification pour le dernier tour de barrages - en cas de victoire. Cette chance, Ryan Mendes et ses coéquipiers ne l'ont pas manquée. Les deux buts de Luis Soares, dit "Platini", et Héldon en première mi-temps terrassent une équipe tunisienne complètement hors du coup. La combativité de Wahbi Khazri, seul joueur rescapé d'un naufrage collectif, ne suffira pas pour inverser la tendance.


La chasse aux sorcières débute dès le lendemain dans un pays outré de rater son deuxième Mondial d'affilée. Le sélectionneur Nabil Maaloul démissionne, le staff technique est limogé, et trois cadres sont particulièrement visés dans ce fiasco : les deux défenseurs centraux Haggui et Abdennour, piliers d'une charnière dépassée, et Issam Jemaa. Le meilleur buteur de l'histoire de la sélection, particulièrement efficace quand il s'agit de prendre de vitesse les défenses du Tchad et des Seychelles, a raté un énième match décisif dans sa carrière internationale (Qualifications pour la Coupe du monde 2010, CAN 2010, CAN 2012). Certainement le match de trop. Mais un retournement de situation inattendu vient interrompre l'autodafé national et redonne un espoir soudain à tout un peuple.
Des victoires sur tapis vert
À l'origine de cette affaire, la sulfureuse Guinée-Équatoriale, multirécidiviste de la fraude, qui va semer la zizanie dans le groupe B. Le 24 mars 2013, le Cap-Vert s'incline (4-3) à Malabo. Naturalisé équato-guinéen, l'actuel attaquant de Middlesbrough Emilio Nsue Lopez inscrit un triplé durant ce match. Problème : le joueur, qui possède la nationalité espagnole, ne disposait pas de tous les documents valides pour jouer avec son pays d'origine, et était donc inéligible pour jouer face au Cap-Vert. Le 19 juillet, la FIFA déclare les Requins...





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant