Tunisie : "C'est maintenant la vraie révolution"

le
0
Des membres de l'Assemblée constituante tunisienne célèbrent l'adoption d'une nouvelle Constitution, le 26 janvier 2014 à Tunis.
Des membres de l'Assemblée constituante tunisienne célèbrent l'adoption d'une nouvelle Constitution, le 26 janvier 2014 à Tunis.

Leur joie a éclaté avant l'annonce du résultat. Tard dimanche soir, les députés tunisiens ont exulté au fur et à mesure que les petits points verts sont apparus à l'écran. Larmes, youyous, hymne national, les élus, amis ou ennemis, se sont félicités mutuellement, se donnant l'accolade. Avec plus d'un an de retard, trois ans après le départ de Ben Ali, ils ont adopté ce texte tricoté pendant deux ans, au fil des débats, manifestations, crises politiques, avec 200 voix sur 216. Un score largement supérieur aux 145 votes nécessaires pour sceller la deuxième Constitution tunisienne."C'est maintenant la vraie révolution !" s'est emportée Meherzia Laabidi, vice-présidente de l'Assemblée nationale constituante tunisienne et députée Ennahda. Dans les couloirs du Bardo, des slogans retentissaient : "Plus de peur, plus de terreur, notre Constitution est celle du peuple", "Constitution, drapeau, union", "fidélité au sang des martyrs". "Avec cette Constitution, la Tunisie a ses libertés, mais, surtout, elle est réconciliée", a avancé l'élue. "Depuis l'indépendance, c'est la première fois que les Tunisiens décident de leur histoire, qu'ils débattent. On a découvert notre pays", commentait quelques jours plus tôt Amira Yahyaoui, cofondatrice de l'ONG Al-Bawsala (la boussole) qui observe les travaux de la constituante. Pour elle, "il y a clairement eu des concessions d'Ennahda. Ils avaient mis la barre islamisante très haut, cela ne pouvait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant