Tunisie : bientôt un nouveau Premier ministre et un gouvernement «apolitique»

le
1
Tunisie : bientôt un nouveau Premier ministre et un gouvernement «apolitique»
Tunisie : bientôt un nouveau Premier ministre et un gouvernement «apolitique»

Après trois mois de profonde crise politique, le «dialogue national» entre les islamistes d'Ennahda au pouvoir en Tunisie depuis deux ans et l'opposition a officiellement débuté vendredi. C'est ce qu'a annoncé vendredi le tout-puissant syndicat UGTT, principal médiateur dans ces pourparlers.

Annoncé pour 11 heures vendredi, après deux reports les 5 et 23 octobre, le lancement des négociations a été retardé jusque dans l'après-midi, l'opposition estimant insuffisantes les garanties sur la démission à venir du Premier ministre islamiste Ali Larayedh. Ce dernier a finalement soumis une promesse écrite de laisser la place à un cabinet d'indépendants dans les trois semaines suivant le début des négociations. Selon la feuille de route, d'ici sept jours, la classe politique doit désigner un Premier ministre indépendant qui aura deux semaines pour former son cabinet apolitique. Le gouvernement d'Ali Larayedh devra démissionner à l'issue de ce processus.

Ces pourparlers à huis clos doivent résoudre une crise politique qui paralyse le pays depuis l'assassinat fin juillet de l'opposant Mohamed Brahmi, crime attribué à la mouvance jihadiste dont les attaques se multiplient depuis la révolution de janvier 2011. Seul absent de marque, le Congrès de la République, petit parti allié aux islamistes au pouvoir d'Ennahda, a refusé de participer au dialogue national.

L'opposition accuse les islamistes d'Ennahda au pouvoir d'avoir fait preuve de laxisme face au courant extrémiste, et de chercher à limiter les libertés acquises avec la révolution. Parallèlement, les négociateurs devront résoudre les désaccords sur la future Constitution et l'Assemblée nationale constituante (ANC) devra en adopter les articles au fur et à mesure. Autres sujets de contentieux à résoudre: créer une législation et une commission électorales avant de fixer la date des législatives et de la présidentielle.

VIDEO. Tunisie : le Premier ministre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4760237 le samedi 26 oct 2013 à 01:31

    Qui y croit ?