Tunisie : assaut d'une maison de «terroristes», 6 suspects tués, dont 5 femmes

le
0
Tunisie : assaut d'une maison de «terroristes», 6 suspects tués, dont 5 femmes
Tunisie : assaut d'une maison de «terroristes», 6 suspects tués, dont 5 femmes

Six suspects, dont cinq femmes, ont été abattus par les policiers et deux autres blessés ce vendredi à Oued Ellil, près de Tunis. Depuis jeudi, les forces de l'ordre encerclaient une maison où étaient retranchés des hommes armés, identifiés comme «terroristes». Alors qu'un membre de la Garde nationale a déjà été tué et un autre blessé dans des échanges de tirs, le ministère de l'Intérieur avait fait savoir que, cette fois, l'assaut serait donné si les hommes ne se rendaient pas. Jusqu'alors, la présence de deux enfants avait retardé la charge. Tous deux ont été hospitalisés, une petite fille étant touchée à la tête.

Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Mohamed Ali Aroui, «les unités spéciales se sont approchées au niveau de la cuisine, où se cachaient les terroristes» puis «les femmes sont sorties en tirant». Cinq d'entre elles ont alors été tuées, ainsi qu'Aymen, l'un des deux hommes recherchés. L'autre, Houssem, a été blessé et hospitalisé. Une sixième femme a été blessée à l'épaule.

VIDEO. Tunisie : six morts dans l'assaut contre un groupe armé

Tensions à la veille d'élections

L'habitation a été encerclée jeudi, suite à des informations obtenues après l'arrestation de «deux éléments terroristes» à Kébili, à 500 km au sud de Tunis, selon lesquelles «d'autres éléments terroristes se trouvaient dans une maison» dans cette banlieue de la capitale. De quoi mettre la police sur les dents, dans un contexte très tendu en ce moment : la Tunisie organise dimanche des élections législatives qui, avec la présidentielle du 23 novembre, sont cruciales pour la stabilité du pays. Or, les ministères de la Défense et de l'Intérieur ont mis en garde contre des éléments «terroristes» qui chercheraient à entraver ces scrutins.

Les ministères n'ont pas encore précisé si les suspects constituaient une cellule isolée ou s'ils appartenaient à un groupe plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant