Tunisie : Amina quitte les Femen, «une organisation islamophobe»

le
1
Tunisie : Amina quitte les Femen, «une organisation islamophobe»
Tunisie : Amina quitte les Femen, «une organisation islamophobe»

La militante tunisienne Amina Sboui, libérée début août après deux mois et demi de détention, a annoncé mardi quitter le groupe féministe Femen. Elle accuse le mouvement d'islamophobie et d'avoir un système de «financement douteux». De son côté, la chef de file des Femen, Inna Shevchenko a dénoncé une «trahison» de la part de la jeune femme.

«Je ne veux pas que mon nom soit associé à une organisation islamophobe», déclare Amina dans un entretien à l'édition maghrébine du site d'information Huffington Post. «Je n'ai pas apprécié l'action où les filles criaient Amina Akbar, Femen Akbar (une parodie de prière, ndlr) devant l'ambassade de Tunisie en France, ou quand elles ont brûlé le drapeau du Tawhid (dogme fondamental de l'islam, ndlr) devant la mosquée de Paris. Cela a touché beaucoup de musulmans et beaucoup de mes proches. Il faut respecter la religion de chacun», ajoute-t-elle.

Amina fait ici référence à deux actions menées par ses cons?urs en France pour la soutenir, alors qu'elle était en détention provisoire pour avoir peint mi-mai le mot «Femen» sur le muret d'un cimetière de Kairouan (150 km au sud de Tunis), dans le but de dénoncer un rassemblement d'un mouvement salafiste interdit par les autorités. La jeune militante avait déjà pris certaines distances avec les Femen qui avaient brûlé un drapeau salafiste devant la Grande mosquée de Paris.

«Je ne veux pas être dans un mouvement où il y a de l'argent douteux»

Par ailleurs, la jeune fille de 18 ans critique aussi l'opacité du financement de Femen, une organisation féministe fondée en Ukraine et désormais basée à Paris, connue pour ses actions seins nus en soutien aux droits des femmes et contre les dictatures.

«Je ne connais pas les sources de financement du mouvement. Je l'ai demandé à plusieurs reprises à Inna (Shevchenko, chef de Femen, ndlr) mais je n'ai pas eu de réponses claires. Je ne veux pas être dans un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7147238 le mardi 20 aout 2013 à 15:53

    C'est le prix à payer pour sortir des prisons de ces islamiques. Honteux...