Tunisie : 4 militaires tués et 11 blessés dans une attaque terroriste

le
0
Tunisie : 4 militaires tués et 11 blessés dans une attaque terroriste
Tunisie : 4 militaires tués et 11 blessés dans une attaque terroriste

Après une relative accalmie, les groupes armés ont frappé à nouveau dans le nord ouest-de la Tunisie. Quatre militaires ont péri mercredi dans une attaque contre leur bus, a annoncé le ministère de la Défense. L'attaque a été attribuée aux «terroriste». D'après le porte-parole du ministère, «douze autres personnes ont aussi été blessées, dont deux gravement» dans cette attaque qui a visé un véhicule transportant des militaires. En fin de journée, le bilan s'est alourdi avec la mort à l'hôpital d'un des deux blessés graves. Ce qui porte à quatre le nombre de soldats tués.

Aucun civil n'était à bord du bus, alors que le ministère avait dans un premier temps indiqué que des membres des familles des soldats étaient dans le véhicule. «Deux hommes armés se sont approchés du bus qui transportait les militaires et ont tiré. Trois éléments d'escorte qui se trouvaient à bord du bus ont riposté, les empêchant d'achever leur opération», a affirmé le porte-parole Oueslati.  Les forces armées pourchassent actuellement les assaillants, a-t-il ajouté.

«Certains des soldats partaient en permission, d'autres en rentraient. L'autocar sert d'habitude à transporter les soldats et leurs familles mais seuls des militaires s'y trouvaient au moment de l'attaque», a-t-il précisé. L'attaque s'est produite au niveau de Nebeur, entre les villes du Kef et de Jendouba, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière algérienne, où d'autres attaques avaient déjà visé les forces de l'ordre récemment. «Il s'agit d'une opération terroriste», a indiqué le ministère de la Défense, sans pouvoir fournir de détails pour l'instant sur l'identité des assaillants ou leur nombre.

La Tunisie fait face depuis la révolution de janvier 2011 à l'essor d'une mouvance jihadiste armée, responsable selon les autorités de la mort de dizaines de policiers et militaires. Les forces armées traquent depuis la fin 2012 ces combattants ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant