Tunis : la rue pousse Ennahda au dialogue

le
0
EN IMAGES - Le pouvoir a accepté la suspension des travaux de l'Assemblée constituante, au lendemain du rassemblement de dizaines de milliers de Tunisiens demandant sa dissolution et la démission du gouvernement dirigé par le parti islamiste.

L'impression qu'ils venaient de remporter un match! Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées mardi soir sous les fenêtres de l'Assemblée nationale constituante (ANC), à Tunis pour, six mois après l'assassinat de Chokri Belaïd et douze jours après celui de Mohammed Brahmi, demander la dissolution de cette même Assemblée et la chute du gouvernement.

Si ces deux requêtes semblent encore loin d'aboutir, l'ambiance aurait pu laisser penser que citoyens, militants de la société civile ou de l'opposition réunis mardi soir avaient gagné. Des chants, plutôt enjoués d'ailleurs, étaient adressés au leader du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi ou à ses députés - «Aïe aïe aïe, l'Assemblée est dissoute, rent...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant