Tumaco, «perle colombienne», sous l'emprise de la drogue et de la guérilla

le
0
Accablée par les narcotrafiquants et les Farc, la cité balnéaire qui fut longtemps épargnée par la violence est devenue l'une des villes les plus dangereuses du pays.

Envoyé spécial à Tumaco

Ces derniers jours, les visiteurs débarquant à Tumaco ont dû zigzaguer entre les centaines de groupes électrogènes installés sur les trottoirs, devant chaque commerce. Frappée par un attentat des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), qui ont dynamité le 2 octobre l'unique ligne à haute tension de la région, cette ville de 120.000 habitants est restée sans électricité. Un véritable calvaire quand la température approche des 40 degrés: «Les pompes pour faire venir l'eau dans les maisons ne fonctionnent plus, les petits commerçants sont ruinés, et quand la nuit tombe, tout le monde rentre chez soi, car les rues sont trop dangereuses», soupire un pâtissier du haut de sa caisse.

Ce port de la côte pacifique, relié au reste du monde par une seul...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant