Tueries de Maïdan : Moscou reconnaît la présence d'un officier du FSB

le
0
Tueries de Maïdan : Moscou reconnaît la présence d'un officier du FSB
Tueries de Maïdan : Moscou reconnaît la présence d'un officier du FSB

Dans la foule colérique de Maïdan, pendant le bain de sang qui a coûté la vie à des centaines d'Ukrainiens, il observait la scène. Les services secrets russes du FSB ont admis ce samedi que l'un de leurs hauts responsables se trouvait à Kiev pendant les tueries de février dernier, lors des manifestations de la place de l'Indépendance. Les Ukrainiens contestaient alors Viktor Ianoukovitch, l'ex-président du pays, ainsi que sa proximité avec Moscou.  

«Nous confirmons que (le général du FSB) Sergueï Besseda se trouvait à Kiev les 20 et 21 février (...) pour déterminer le niveau de sécurité nécessaire pour l'ambassade de Russie en Ukraine et d'autres bâtiments russes à Kiev», a admis une source du puissant FSB. Le membre du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie se trouvait là pour «assurer la sécurité de l'ambassade russe», se défendent toutefois les agences de presse russes.

Accusé d'avoir lancé l'assaut «antiterroriste» et placé les snipers

Sur place, l'officier Sergueï Besseda y également a rencontré des responsables du SBU, le service de renseignement ukrainien, et a demandé à s'entretenir avec le président ukrainien Viktor Ianoukovitch, mais sans succès, ajoutent les médias russes. Il n'avait «pas d'autres ordres» lors de sa mission de deux jours.

Les nouvelles autorités ukrainiennes, installées après la chute du régime pro-russe, ont accusé jeudi des agents du renseignement russe d'avoir permis d'installer des tireurs embusqués durant les manifestations sur la place Maïdan, qui se sont soldées par plus de 90 morts.

Selon le nouveau chef du Service de sécurité ukrainien, Valentin Nalivaïtchenko, «des agents du FSB ont participé à la planification et à la mise en oeuvre de la supposée opération antiterroriste», lancée par le président déchu Viktor Ianoukovitch.

Ses déclarations - aussitôt démenties par le FSB - ont été appuyés par les résultats ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant