Tuerie de Kunming : trois suspects ont été arrêtés

le
0
Tuerie de Kunming : trois suspects ont été arrêtés
Tuerie de Kunming : trois suspects ont été arrêtés

La police chinoise a arrêté trois suspects après la tuerie samedi soir en gare de Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, a annoncé ce lundi l'agence officielle Chine nouvelle. Au total, le «commando terroriste» comptait huit membres. Son meneur se nommerait Abdurehim Kurban, précise l'agence.

Quatre terroristes ont été abattus par la police et «trois suspects impliqués dans l'attaque terroriste ont été capturés», a poursuivi l'agence, citant le ministère de la sécurité publique.

L'agence Chine nouvelle a déploré le décès de 29 victimes, tandis que le journal Kunming Ribao parle de 33 morts. D'une rare violence, l'attaque a aussi fait 130 blessés. Selon les récits de victimes et de témoins, les agresseurs, vêtus de noir et le visage dissimulé, auraient fait irruption dans la gare, poignardant les voyageurs qui faisaient la queue pour se procurer un billet.

Entre deuil et colère

Dans les rues de Kunming, deux jours après le drame, la peur et l'angoisse restent palpables. Des habitants faisaient la queue ce lundi pour donner leur sang et des habitants émus venaient déposer des gerbes de fleurs à l'extérieur du bâtiment. 

Certains exprimaient leur colère contre la minorité musulmane ouïghour, à laquelle appartenaient, selon Pékin, les auteurs de la tuerie. Les Ouïghours, musulmans turcophones, se disent victimes d'une politique répressive à l'égard de leur religion et de leur culture de la part de l'ethnie chinoise majoritaire Han.

En #Chine, des policiers armés patrouilent la gare de Kunming, théâtre de violences mortelles #AFP pic.twitter.com/eTJqDbTQwX? Agence France-Presse (@afpfr) 2 Mars 2014

Dilshat Raxit, un porte-parole du Congrès mondial ouïghour, organisation en exil de défense de cette ethnie, s'est inquiété ce lundi que Pékin puisse y trouver un «nouveau prétexte politique pour réprimer les Ouïghours».«Je ne laisserai jamais (des Ouïghours) entrer dans mon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant