Tuerie de Chevaline : la piste du «contrat» familial

le
0
VIDÉO - Saad al-Hilli, le père de la famille décimée il y a un an, vivait dans la peur de son frère Zaïd qui cherchait à capter l'héritage paternel.

Un suffoquant huis clos familial, entremêlant des haines recuites et un climat de psychose, pourrait être à l'origine de la tuerie de Chevaline. Un an jour pour jour après les faits, plus de soixante gendarmes français ainsi qu'une quarantaine de policiers britanniques continuent à travailler d'arrache-pied pour retrouver le ou les auteurs de la fusillade qui a décimé une famille de vacanciers sur un parking forestier de Haute-Savoie. Saad al-Hilli, Anglais d'origine irakienne de 50 ans, sa femme Iqbal, 47 ans, ainsi que sa belle-mère Suhaila al-Allaf, 74 ans et de nationalité suédoise, sont criblés de balles à bord de leur vieille BMW break. Le corps sans vie de Sylvain Mollier, Savoyard en congé parental, gît à côté du véhicule. Il est perforé de cinq projectiles. La fille aînée, Zainab, 7 ans, grièvement bles...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant