Tuchel d'attaque

le
0
Tuchel d'attaque
Tuchel d'attaque

Depuis son arrivée au Borussia Dortmund, Thomas Tuchel n'a jamais connu que la victoire. Mais comment l'ancien coach de Mayence a-t-il bien pu réussir ce magnifique tour de passe-passe ?

4 février 2015. Le Borussia Dortmund est lanterne rouge de Bundesliga. Les Schwarzgelben viennent de s'incliner face à Augsburg, leur onzième défaite en 19 matchs. C'est un cauchemar, un puits sans fonds. La chute est d'autant plus rude que le passé proche est beau. Champion en 2011 et 2012, dauphin et finaliste de Ligue des champions en 2013 (salaud de Robben), et dauphin et finaliste de DFB Pokal en 2014 (salaud de Robben bis). Le BvB est l'ombre de lui-même, bat à chaque match le record du but encaissé le plus rapidement, tombe sur des gardiens en feu ou des poteaux carrés, tout rentre du mauvais côté et rien du bon, la machine à gegenpressing s'est enrayé.


23 septembre 2015. Le Borussia Dortmund réalise le meilleur début de saison de l'histoire de la Bundesliga, effaçant des tablettes le Bayern d'Heynckes : cinq victoires en cinq journées, 18 buts pour, 3 contre. Toutes compétitions confondues, la victoire contre Leverkusen, premier choc de la saison, a fait monter à onze le nombre de succès. C'est bien simple, Tomas Tuchel n'a jamais connu autre chose que la victoire dans son nouveau club. Et si le Bayern a repris la tête du classement à la faveur de sa victoire lewandowskienne contre Wolfsburg, il suffira de gagner au moins 2-0 contre une faible équipe d'Hoffenheim pour retrouver la tête du championnat. Bien sûr, le BvB sous Klopp avait déjà commencé à remonter la pente en fin de saison dernière, terminant in extremis 7e pour arracher une place en Ligue Europa, tout en s'inclinant en finale de Pokal contre Wolfsburg. Mais Jürgen avait jugé avoir fait son temps, et s'était retiré comme un prince, avec le sentiment d'avoir sauvé les meubles et du devoir accompli. Il fallait du sang neuf. Il fallait un nouvel ancien coach de Mayence. Il fallait Thomas Tuchel.

De bonnes bases


Lors de sa première conférence en tant qu'entraîneur de Dortmund, TT n'avait aucun mal à tresser des couronnes de laurier à son prédécesseur : " Jürgen Klopp a connu sept saisons de succès incroyables ici. Nous allons maintenant essayer d'écrire un nouveau chapitre de haut niveau. " Mais il avait fini par conclure en disant que " Klopp a créé une très bonne base. On doit construire dessus. J'ai très envie de construire et de poser ma marque ici. " Une volonté qui se traduit irrémédiablement dans le jeu. Si Jürgen Klopp avait inculqué le fameux gegenpressing à ses joueurs,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant