Tuberculose : ces patients venus de l'Est

le
0
Depuis quelques mois, des dizaines de Géorgiens, Tchétchènes et Russes, atteints d'une tuberculose ultrarésistante, débarquent en France. Outre le coût élevé de leur prise en charge, le risque de contagion inquiète les autorités sanitaires.

Le premier s'est présenté en janvier 2012 aux urgences de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, à Paris. Un Tchétchène. Il avait les doigts des deux mains entièrement nécrosés. «J'ai été torturé», a-t-il expliqué. L'homme est squelettique et tousse. À l'issue d'une batterie d'examens, une tuberculose ultra­résistante de type XDR (extensive drug resistant), la plus grave des formes de tuberculose, peu sensible aux remèdes connus, est diagnostiquée. Par chance, La Pitié abrite le plus important service de traitement des maladies infectieuses de France. Le Pr François Bricaire, chef du service, confine aussitôt le Tchétchène en chambre à pression négative pour bloquer la contamination. Il y restera cinq mois avant de rejoind...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant