Tu te prends pour qui, CR7 ?

le
0
Tu te prends pour qui, CR7 ?
Tu te prends pour qui, CR7 ?

Si les Matelassiers ne réussissent pas à la Maison Blanche depuis le début de la saison, celle-ci pourra compter sur le retour polémique d'un homme : Cristiano Ronaldo. Quelle coïncidence

24 janvier 2015, dans le Nuevo Estadio El Arcangel. Pris au cœur de la torpeur cordouane, le Real Madrid est en plein doute. Face au quatorzième de Liga en net regain de confiance depuis la trêve hivernale, la Casa Blanca n'arrive pas à rentrer dans son match. Bebé, fraîchement arrivé de son prêt du Benfica Lisbonne, se balade et fait l'amour à Sergio Ramos, Raphaël Varane, Daniel Carvajal ou Marcelo, pourtant habitués à museler leurs vis-à-vis depuis le début de saison. Au milieu, le jeune Federico Cartabia donne des sueurs froides à Sami Khedira. Oui oui, on parle bien du champion du monde allemand. En attaque, Karim Benzema fait ce qu'il peut pour compenser les écarts individuels de Gareth Bale ou Cristiano Ronaldo. D'ailleurs, depuis le début du match, le triple Ballon d'or est franchement à la peine. En témoignent ses tomahawks sur coups francs s'envolant dans les tribunes locales. On ne sait pas si sa récente rupture avec Irina Shayk le secoue mentalement, mais ce qui est sûr, c'est qu'il est clairement hors de son match.

Devant autant d'incapacité à faire front, le Portugais va bientôt péter les plombs, comme un gosse de riche casserait de rage sa manette de Playstation 4 devant une frustration impossible à contrôler. On joue la 80e minute de jeu, le Real est tenu en échec et CR7 en a marre d'être sur la pelouse. Il commence donc son one-man-show en assénant un coup de poing mal dosé à José Angel Crespo. Problème : personne n'a rien vu. Pas vu, pas pris, donc. Mais CR7 bouillonne, c'est plus fort que lui. Il ne résiste pas à l'appel d'un deuxième craquage trois minutes plus tard : un coup de pied arrêté de Kroos finit dans les gants de Juan Carlos, Cristiano se voit fermer la porte par Edimar. Bim, un coup de pied bien sale par derrière et une gifle, devant toute la tribune populaire. Cherchant à faire le caïd, il en profite même pour asséner une deuxième tarte à Crespo. Cette fois, c'est trop, c'est rouge, c'est dehors. Reste encore dans les mémoires cet énigmatique essuyage de blason FIFA au moment de rentrer dans les vestiaires Tout le monde se dit que le joueur, aussi fort soit-il, va prendre très cher en commission de discipline. Mais pour qui se prend-il, CR7 ?






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com