Tu sais que tu joues sur un terrain synthétique quand…

le
0

Toi, tu as beau être soigneux, il y a plein de petites boules en caoutchouc qui traînent chez toi. Collectionneur de plaies sur les jambes, tu as chaud au pied en été et tu as l'impression de marcher sur du bitume en hiver. Toi, tu joues sur un terrain synthétique.

… t'es nul et t'as pas le droit au "terrain d'honneur" de ton club.

tu as déjà entendu : " C'est la ligne bleu ou la ligne blanche ? "

tu t'es déjà fait les croisés.

non ? Alors tu vas te faire les croisés.

tu es lorientais ou nancéien.

à l'entraînement, pendant que ton coach parle et que tu es assis, tu ne t'étires surtout pas : tu récoltes le plus de boules de plastique possible pour les jeter sur tes coéquipiers.

t'es un historien de la surface. Comme il y a le néolithique et le paléolithique, il y a le synthétique de première génération, celui de deuxième génération et celui de troisième génération.

d'ailleurs, quand tu as vu Jean-Christophe Péraud se vautrer sur le tour et se râper de haut en bas, tu as pensé au synthétique de première génération, celui avec la moquette courte et le sable. Le pire.



c'est la fin du mois de juin et les mecs nuls qui squattent ton terrain pendant l'année en football corpo ont enfin terminé leur minable saison.

t'es un puriste et tu t'es un peu renseigné : le premier synthé, c'était du " tartan Turf " et c'est ni plus ni moins la matière cheap qui recouvre les fausses collines des plateaux de Warhammer.

tu n'as jamais de plaie, mais des " pizzas ".

la pizza, une blessure que tu sais très bien définir : tu viens de tacler, tu te dis " ça va, ça va ", mais tu sais que ce mal précis est une bombe à retardement.

d'ailleurs, tu t'en rends bien compte à deux moments précis : d'abord quand ton jogging a collé à la pizza et que tu dois le retirer. Puis quand tu passes le jet d'eau de la douche dessus. Chaud ou froid, ça ne change rien : tu souffres. Tu pleures. Tu douilles.

tu as de beaux crampons et c'est dommage : ils ont noirci.

tu as une paire de moulés et une paire de stabilisés dans ton sac. Tu n'as jamais réussi à te décider.

il fait très chaud et le terrain est brûlant. Tu as limite l'impression…
































Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant