Tspiras, Syriza et le foot : Hellènes et les garçons en short !

le
0
Tspiras, Syriza et le foot : Hellènes et les garçons en short !
Tspiras, Syriza et le foot : Hellènes et les garçons en short !

L'arrivée de Syriza aux affaires grecques, avec l'aide d'un petit parti nationaliste, a provoqué un léger vent de panique au sein de l'UE. Très vite retombé. Les dernières négociations avec les nouveaux dirigeants " rouges " de la Grèce ont ainsi accouché d'un énième " compromis " qui ne semble pas changer radicalement la donne. Parmi tous les sujets qui suscitent des inquiétudes, le foot n'arrive pas franchement en tête de liste des préoccupations du parti d'Alexis Tsipras. Pourtant, à bien y regarder, le rapport entre le nouveau pouvoir et le ballon rond révèle, à sa façon, toute l'originalité de ce qui se passe du côté d'Athènes. Et la complexité du cas grec.

" S'ils réussissent, je serais leur premier supporter ". Les paroles d'Andreas Zikos, responsable du centre de formation de l'AEK Athènes, connu en France pour son passage à l'AS Monaco, sonne étrangement. Preuve que, sur place, la situation apparaît suffisamment dramatique pour que même un responsable d'un club en quasi-guerre ouverte avec Syriza – autour de la construction d'une nouvelle enceinte - se déclare prêt à les soutenir pourvu qu'il sorte le pays de la panade. " Je ne connais pas de footballeurs grecs qui se soient engagés à leurs cotés. Pourtant, dans le foot, il y a beaucoup de problèmes de violence, etc Tout le monde les attend sur le concret. " poursuit-il. " Après, au sein des clubs, comme dans le reste du pays on se demande comment ils vont se débrouiller avec l'Europe ? On ne peut pas vraiment en sortir, dans le foot encore moins."
"Chaque équipe veut s'attirer les faveurs de l'Etat"
A cette dernière inquiétude, Georgios Helakis, journaliste sportif et membre de " Syriza " après avoir été au PC dans les années 80, réplique très doctement : " Siriza veut en finir avec la corruption et les intérêts financiers. On veut faire disparaître (comme promis) les comportements illégaux et réduire au minimum les interventions des hommes d'affaires dans le football. Pour arriver à nos fins, nous devons démocratiser les ligues, de la ligue amateur jusqu'à la Super League. " Vaste programme, qui comme le reste des promesses faites en campagne demandera donc beaucoup, beaucoup de courage politique. Car Siriza avait annoncé sa volonté non seulement de s'opposer à la fameuse " troika " mais aussi de s'en prendre aux " groupements intérieurs " qui pouvaient contrarier l'expression populaire qui les avait amenés au pouvoir. C'est en ce sens que le foot peut être dès lors perçu comme une menace par l'actuelle majorité. " Les hommes d'affaires, poursuit Georgios Helakis, qui possèdent les clubs grecs se servent de leurs clubs pour parvenir à leurs besoins financiers. Chaque équipe veut s'attirer les faveurs de l'Etat." Une préoccupation qui rejoint l'obsession de la lutte anti-corruption, un des chevaux de bataille du gouvernement, qui contrairement aux Sports, possède son ministre dédié.
Tsipras élevé dans le fief du Pana
Pourtant, dès qu'il s'agit de s'attacher à...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant